Vaincre la déprime post gros coup de cœur littéraire

Classé dans : Lectrice au quotidien | 13

Au gré de nos pérégrinations littéraires, il arrive – plus ou moins fréquemment – que l’on tombe sur une pépite. Un livre que l’on ne peut pas lâcher, qui nous prend aux tripes. Un livre dont on relit certaines phrases plusieurs fois pour les mémoriser, les garder avec soi.

Plus le roman nous plaît, plus les pages se tournent vite –  à moins que l’on ne préfère faire durer le plaisir. Mais peu importe notre vitesse de lecture, le moment redouté arrivera : la fin. Dernières pages, dernières phrases, et finalement dernier mot. C’est l’heure de refermer le livre, de caresser sa couverture une dernière fois, de respirer son odeur. De le ranger dans notre bibliothèque, auprès de ses frères et sœurs de papier et de lui dire au revoir … ou à bientôt ?

Car le manque ne tardera pas à venir. D’ailleurs, il se fait déjà ressentir. Nous nous sentions si proche des personnages ; ils faisaient presque partie de la famille. A moins que ce ne soit le décor ? C’est vrai que l’on était bien installé dans leur jardin, à les écouter discuter. Et nous voilà de retour chez nous, le cœur en berne.

desperate

Bientôt, nous repartirons vers de nouvelles aventures. Nous embarquerons à bord d’un paquebot ramenant les maris à leurs femmes. Nous dormirons dans le désert en compagnie d’une peuplade lointaine. Nous connaîtrons l’angoisse des bombes, de la guerre. Nous vivrons la naissance de notre dernier né – un fils, enfin !

Mais nous n’y sommes pas encore, nous ne sommes pas encore prêt. Pour l’heure, il nous faut faire un deuil. Le deuil d’un livre dans lequel il était si bon de se plonger le soir après une rude journée. Le deuil d’un livre qui nous a accompagnés quelques jours, quelques semaines. Un livre qui était si doux, qui nous a pris par la main pour nous apprendre des choses, pour nous faire grandir.

Il faut tourner la page pour pouvoir commencer une nouvelle lecture au risque de ne plus s’y retrouver. Ce n’est pas des plus évidents, c’est comme dire au revoir à un ami alors que l’on ne sait pas quand on le reverra.

Ce n’est pas facile et pourtant, on finit toujours par y arriver. Avec le temps, on a développé certaines astuces pour rendre la transition plus aisée et les adieux moins douloureux.

Quels sont vos petits trucs et astuces ? Comment dites-vous au revoir à vos héros préférés ? Avez-vous un rituel pour soigner votre cœur, un peu comme après une rupture ?

Mon petit truc à moi ? Me dire que ce n’est pas la fin, que mes héros continuent de vivre en dehors de ces pages, me plaire à imaginer tous les petits secrets qu’ils vont garder pour eux.
(Et un carré de chocolat pour adoucir ma peine) (C’est toujours bon, un carré de chocolat).

13 Réponses

  1. Comme je comprends cette sensation…

  2. Moi, y’a des fois où je suis triste pendant plusieurs jours avant que ça ne passe x__x Je n’ai malheureusement aucun truc, j’attends que ça passe ^^’

  3. c’est drôle, j’ai très souvent cette sensation d’être en deuil à la fin d’un bouquin, ça me tord un peu les boyau et ça me laisse un vide
    le pire : quand le héro meure dans les dernières pages, c’est trop cruel !!!
    mon remède : je ne m’arrête jamais de lire, je passe d’un livre à l’autre comme Don Juan avec ses conquêtes

  4. Je viens de terminer deux livres que j’ai adoré (La voleuse de livres et Eleanor & Park) et du coup je me sens perdue et je n’ai aucune idée de ce que je vais lire maintenant. :/

    • Ce que j’ai trouvé de mieux après un livre coup de cœur , c’est de lire une ou plusieurs bandes dessinées, ou alors un livre de développement personnel. Surtout, surtout, je ne lis pas un autre roman juste après !

  5. Ouf je ne me sens plus la seule …. J’ai des angoisses moi avant la fin de la lecture et Je redoute le dernier chapitre de mon livre…. En ce moment, je lis le fameux livre “50 nuances de grey”, je lu la trilogie en 2 semaines alors c’est vous dire combien je vis intensément lol…

  6. c’est une sensation atroce, après un livre j’ai une véritable crise existentielle, j ai l’impression que ma vie est pourrie. Tout est tellement beau dans l’histoire, je m’identifie au personnage, j ai des palpitations quand elle vit quelque chose, rencontre l’amour, ou qu’elle dois se cacher pour survivre. Envie de crier a sa place un secret qu elle cache de peur d’être rejeter par d’autre, bref la véritable dépression quand le livre est fini, j en pleure, j en fais des cauchemar je hurle de voir que tout cela n est pas réel et ne le sera jamais. je crois que mon cas est pire que le votre, j ai terminer mon bouquin il y a 10 jours et par manque d’argents je n’ai pu en racheter un autre et je suis toujours a ma déprime parce que j ai pas pu enchaîner comme je le fait d habitude! je pensais être folle, bien contente d’avoir fais cette recherche et de voir que c’est plutôt un mal répandu!

  7. J’étais curieuse de voir si je pouvais trouver ce “syndrome” sur internet, c’est chose faite! En effet, j’ai fini cette apres-midi même “le parfum de dame en noir” après avoir dévoré le premier livre “le mystère de la chambre jaune”, et comment dire? Je me sens vide, un peu paumée. On se rend compte en terminant le livre que tout ceci n’était pas réel, apres avoir été plongé pendant des heures dans l’histoire. Quelle torture! moi j’ai peur que si jamais je cesse de penser aux personnages, ils ne meurent ! Bouuuuhouuuu! Rouletabille!!! (Il faudra que je me renseigne, je crois qu’il y a une suite…!)

  8. Je viens de terminer un livre de Danielle Steel… Roman d’amour à l’eau de rose mais ce genre de lecture me transporte tellement loin ! Pour dire, j’ai dévoré le livre en une journée (et il n’était pas petit !).
    Et là j’me sens tellement vide. Revenir à ma petite vie si simple … c’est affreux ! Je crois que c’est un peu la même sensation quand on rentre d’un voyage… un pays où on se sentait si bien qu’on pouvait y faire notre vie entière!
    Enfin… heureusement il y a un beau soleil dehors et la vie continue :)

Laissez un commentaire