“Sans télé, on ressent davantage le froid”, chroniques de la débrouille par Titiou Lecoq

Classé dans : Romans pour adultes | 0
Sans télé, on ressent davantage le froid :Chroniques de la débrouilleTitiou LecoqFayard, 2014 - Prix : 18,50€ISBN : 978-2213678672
Sans télé, on ressent davantage le froid : chroniques de la débrouille
Titiou Lecoq
Fayard, 2014 – Prix : 18,50€
ISBN : 978-2213678672

Le nom de Titiou Lecoq ne vous est peut-être pas inconnu et c’est bien normal. Journaliste freelance, elle sévit notamment au sein de la rédaction de Slate.fr et avait déjà publié un roman, Les Morues, et une Encyclopédie de la webculture.  Titiou Lecoq tient aussi un blog, Girls and Geek, et c’est de ce blog dont il est question dans son dernier livre, Sans télé on ressent davantage le froid. Le livre reprend les billets de Titiou de la naissance de son blog il y a presque six ans, au lendemain d’une rupture amoureuse, au début de l’année 2013, à l’occasion du premier anniversaire de Têtard, son fils.

Le livre est sous-titré « Chronique de la débrouille » et c’est exactement de cela qu’il s’agit : la débrouille d’une génération qui cherche à comprendre la société dans laquelle elle vit, bouleversée par l’arrivée d’internet, des réseaux sociaux et par la multitude de nouveaux plans de carrière que les nouvelles technologies ont amenés avec elles. Titulaire d’un DEA de sémiotique, lorsque Titiou a ouvert son blog, elle travaillait comme assistante d’éducation dans un lycée professionnel. Si ce poste a permis l’écriture de billets très drôles, on comprend aisément qu’il n’était pas possible de s’épanouir dans un emploi où l’on doit partager un bureau – le bureau n’étant pas seulement la pièce mais également le meuble. La révélation est arrivée le jour où Titiou a découvert le monde merveilleux des freelances, ces êtres qui travaillent de chez eux, sans avoir à supporter les conversations des collègues, et pour qui la sieste est une religion. Elle a alors fait le choix de ne pas signer le renouvellement de son contrat de travail et de faire le pari de se lancer  comme freelance à temps plein pour vivre de sa plume et avoir enfin la chance de terminer le roman sur lequel elle travaille depuis des années.

Adapter un blog en livre n’est pas une chose aisée et pourrait être une mauvaise idée s’il manquait un fil conducteur. Mais Titiou Lecoq ne raconte pas seulement sa vie d’un point de vue personnel qui n’intéresserait que ses proches ; elle raconte la vie d’une jeune femme qui, comme tant d’autres, se lance dans la vie active et connaît ses premières galères. La rupture amoureuse, les fins de mois difficiles, l’appart tout petit et un peu pourri et, surtout, le choix difficile de ce que l’on va faire de sa vie. Les billets repris dans Sans télé, on ressent davantage le froid représentent cinq ans d’évolution, de la sortie des études à la profession de journaliste, la publication de deux livres et la vie de famille – le tout couronné par le reflet renvoyé par les autres qui sont certains d’avoir affaire à une adulte installée alors que Titiou ne réalise pas encore qu’elle en est bien une.

Ce livre évitera à ceux qui n’avaient pas encore croisé la plume de Titiou de partir pour une expédition dans les profondeurs de l’internet et leur permettra de rire de manière franche, les épaules secouées par la respiration saccadée, à ses bons mots et toutes ces petites situations, qu’on les ai vécues ou non, qui nous rappelleront que si parfois, la vie est une chienne, au moins elle offre de bons billets d’humeurs.

Laissez un commentaire