Paroles d’honneur – Leïla Slimani et Laetitia Coryn

Classé dans : BD et manga pour adultes | 0

parolesAprès la publication de son premier roman, Dans le jardin de l’ogre, de nombreuses femmes sont venues parler à Leïla Slimani de leur façon de voir et de vivre leur sexualité au Maroc. Comment s’épanouir en tant que femme dans une société qui condamne le sexe hors mariage et l’avortement, dans une société qui se voile la face. Une société qui se veut moderne mais dans laquelle les crimes d’honneur, avortements clandestins, les suicides, abandons ou encore infanticides sont un vrai problème ?

Beaucoup d’hommes marocains cherchent des femmes qui ne refuseront pas d’avoir des relations sexuelles hors mariage mais au moment de s’investir dans le mariage, ce n’est pas à leur doigt qu’ils passeront la bague ; ils leur préféreront une vierge pour respecter la tradition. De nombreuses femmes se retrouvent ainsi seules à la trentaine, à l’âge où les autres sont mariée et mère de famille, certaines allant même jusqu’à payer pour se faire reconstruire l’hymen. Mais tout cela pour quoi ? Pour finir mariée à un homme qui les menacera de prendre une autre femme ? Qui ne les considérera que peu, les battra, violera peut-être ? Tout ça pour quoi, pour se trouver un gardien dans cette société où l’homme est à la fois la menace et le protecteur ?

 

Dans Paroles d’honneur, Leïla Slimani raconte ces rencontres, ces femmes qui sont venues se confier à elle sous couvert de l’anonymat parce que l’on ose dire mais l’on ne peut pas encore tout dire. Ces femmes qui ne veulent pas partir parce que ce n’est pas à elles de changer mais à la société. Au Maroc d’ouvrir les yeux et d’accepter de voir son reflet.

Je pense que si l’on s’en tient à la loi telle qu’elle existe et à la morale telle qu’elle est transmise, il faudrait croire que tous les célibataires du Maroc sont vierges…
… que tous les jeunes gens et les jeunes femmes, qui représentent plus que la moitié de la population, n’ont jamais eu de relations sexuelles.

Une lecture nécessaire pour prendre conscience de ce qu’il se passe encore aujourd’hui, pas très loin de chez nous, dans un pays où sont passibles de peine de prison l’homosexualité, l’avortement, le sexe hors mariage ou même le fait de porter une tenue juger indécente.

Laissez un commentaire