Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens – Becky Albertalli

Classé dans : Romans pour ados | 0

MoiSimonMon résumé

Simon est gay mais n’a pas encore fait son coming out. La seule personne à connaître son homosexualité est Blue, un jeune homme avec qui il correspond par mail, qu’il a rencontré via le tumblr de son lycée.
Si Simon n’a pas encore fait son coming out, ce n’est pas parce qu’il a honte ou peur de la réaction de ses amis et de sa famille, non. Simon a simplement peur de cesser d’être le Simon qu’il a toujours été, celui que tout le monde connaît, pour devenir quelqu’un d’autre.

C’est peut-être pour cela qu’il a tant de facilité à parler à Blue, qui ne le connaît pas. Face à lui, il peut directement se présenter comme Simon, homosexuel.
Mais de Blue, Simon ne connaît pas grand chose. Il sait qu’ils sont tous les deux dans le même lycée, tous les deux homosexuels, qu’il est drôle et a un langage soigné et, surtout, qu’il doit bien avouer qu’il est en train d’en tomber amoureux. Petit à petit, il commence même à se dire qu’il pourrait révéler son identité à Blue pour enfin le rencontrer …

 

Mon avis

Le point central du roman n’est pas tant de découvrir l’identité de Blue que de suivre l’évolution de Simon et son chemin vers le coming out.

Je suis un peu déçue parce que, dans l’ensemble, je suis complètement passée à côté. Ce n’était pas une mauvaise lecture, j’ai même plutôt l’impression d’être “dans le vrai” avec des sentiments et des réactions d’ados plutôt réalistes, mais il me manquait un petit quelque chose. J’ai attendu qu’il se passe quelque chose pendant une bonne moitié du roman et n’ai commencé à ne pas vouloir lâcher ma lecture qu’à 80 pages de la fin. D’autant que j’en avais entendu beaucoup de bien par à peu près tout le monde.

Mais allez, retenons que je n’ai pas su lâcher les 80 dernières pages !

 

Un extrait

“Au fait, petite parenthèse : tu ne trouves pas que tout le monde devrait en passer par le coming out ? Pourquoi l’hétérosexualité serait-elle la norme ? Chacun devrait déclarer son orientation, quelle qu’elle soit, et ça devrait être aussi gênant pour tout monde, hétéros, gays, bisexuels ou autres”

Laissez un commentaire