“Dans mes yeux” : Bastien Vivès place le lecteur dans les yeux du narrateur

Classé dans : BD et manga pour adultes | 0
Dans mes yeux - Bastien VivèsCasterman, 2009 - Prix : 16€ISBN : 978-2-203-02062-7
Dans mes yeux – Bastien Vivès
Casterman, 2009 – Prix : 16€
ISBN : 978-2-203-02062-7

Avec Dans mes yeux, Bastien Vivès aborde une fois de plus la rencontre amoureuse. Mais le narrateur est bien différent de celui du Goût du chlore ; dans cet album, il s’agit plutôt d’un narrateur-spectateur. L’histoire nous est présentée de ses yeux. Six cases par pages, dessinées aux crayons de couleurs, deux cases sur la largeur, comme les deux yeux du jeune homme qui regarde cette jeune fille.

Le seul texte de Dans mes yeux sont les phrases prononcées par cette étudiante rouquine. Les pensées qu’elle ose livrer, son rire spontané, les réponses aux questions du garçon que nous sommes. Les pensées de celui-là, on ne les connaîtra pas. Après tout, puisque nous sommes lui, peut-être est-il facile de les deviner ? A voir sa façon de percevoir les choses, l’on peut en tout cas dire qu’il est mordu de cette fille. Quand il est avec elle, plus rien d’autre ne compte. Le reste du monde est flou, seule elle reste nette. Il n’entend que sa voix, les autres se perdent dans le brouhaha ambiant. Et s’il est fort prudent dans un premier temps, c’est peut-être parce qu’il ressent la fragilité de celle qui se trouve en face de lui. Celle qui peut rester distante tout en étant parfois si impatiente. Celle qui pique son cœur, qui lui cause de légères douleurs comme seul l’amour peut le faire.

Dans mes yeux prouvent une fois encore que Bastien Vivès est aussi bon auteur que dessinateur. Tout est parfait, de la mise en scène à la psychologie de ses personnages. Ses histoires sont universelles, elles parlent de nous, de nos amours, de nos doutes. Une bande dessinée qui n’est pas toute récente mais qu’il faut absolument découvrir si vous aimez déjà l’auteur – vous pouvez bien sûr la lire si vous ne connaissez pas encore son travail mais ce n’est peut-être pas par celle-ci qu’il faut le découvrir.

Laissez un commentaire