Max de Radiguès explore les amours adolescents dans “520 km” et “Un été en apnée”

Classé dans : BD et manga pour ados | 0
520 km et Un été en apnée / M. de RadiguèsSarbacane, 2012 et 2014 - Prix : 12,90€ ISBN : 978-2-848-65553-6 et 978-2-848-65704-2
520 km et Un été en apnée / M. de Radiguès
Sarbacane, 2012 et 2014 – Prix : 12,90€
ISBN : 978-2-848-65553-6 et 978-2-848-65704-2

Il y a deux ans, Max de Radiguès et sa bande dessinée 520 km nous racontaient l’été de Simon, 14 ans. Alors qu’il était en vacances avec sa mère à Arcachon, Simon apprenait via Facebook que Louise, sa petite-amie, le quittait. Louise, sa Louise, avait changé son statut, passant de « en couple » à « célibataire ». Simon ne comprend pas. Soit disant c’est à cause du père de Louise : il trouve qu’elle est trop jeune pour être amoureuse. Mais Simon n’accepte pas cet argument et décide de fuguer, de rejoindre Louise à Arcachon en stop, pour tenter de comprendre quelque chose à cette histoire sans queue ni tête.

Max de Radiguès nous revient cette année avec Un été en apnée, qui se passe le même été mais à Montpellier, là où Louise est en vacances chez sa cousine, Manon. C’est Manon qui a changé le statut Facebook de Louise et Louise après avoir tenté de l’en empêcher, ne dit finalement rien au téléphone lorsque Simon l’appelle. C’est que même si elle sait que Simon l’aimait, elle, elle n’est pas vraiment sûre de l’aimer comme il faut, comme une amoureuse. L’été de célibataires que lui fait miroiter sa cousine la tente bien alors Louise ne dit rien, évite les appels de Simon, devenant célibataire pour de bon. Mais au premier jour sur la plage, Manon invite des garçons à les rejoindre ; de toute évidence elle craque pour l’un d’eux et trouverait ça cool que Louise sorte avec le copain de celui-ci. Mais Louise, elle, n’est pas sûre que ce soit d’un été comme celui-là dont elle a envie.

Ces deux bandes dessinées miroir se penchent sur les amours adolescents, leurs petits drames et les cœurs qui battent à mille à l’heure. La pression du groupe aussi, des amis qui incitent à sortir avec ce garçon tellement beau gosse, cette fille vraiment jolie, qui dit qu’un garçon qui n’a jamais embrassé une fille doit avoir un problème quelque part. La construction des deux récits et les deux points de vue permettent au jeune lecteur de découvrir que rien n’est simple lorsqu’il s’agit de sentiments. Ce n’est pas tout blanc ou tout noir ; c’est une multitude de couleurs comme celles avec lesquelles joue Max de Radiguès. On s’amuse de revoir dans Un été en apnée des scènes que l’on a déjà vues dans 520 km mais sous un autre angle et, comprenant les nouveaux enjeux, on brule encore plus de connaître la suite. Une suite qui reprendrait le point de vue de Simon ou qui partirait sur un autre personnage ? Patience, l’avenir nous le dira …

Laissez un commentaire