“Les tribulations d’une cuisinière anglaise” : la “vraie” Mrs Patmore de Downton Abbey

Classé dans : Documentaires pour adultes | 2
tribulations
Tribulations d’une cuisinière anglaise
Margaret Powell
Payot, 2014 – Prix : 8€
ISBN : 978-2228911207

Après Orange is the new black, voilà que je vous parle des Tribulations d’une cuisinière anglaise, un autre livre qui a inspiré la télévision. Et même plus d’une série télé ! Cette autobiographie d’une cuisinière de service a inspiré Upstairs Downstairs avant que Julian Fellowes, le créateur de Downton Abbey, ne se penche dessus.
Margaret Powell, l’auteur ce livre, est née en 1907. Issue d’un milieu très populaire, elle a dû commencer à travailler à 14 ans parce que ses parents ne pouvaient pas lui payer les études d’institutrice dont elle rêvait. Elle a d’abord travaillé un an dans une blanchisserie, avant de s’en faire virer parce qu’elle devait recevoir une augmentation et qu’il était bien moins cher à son employeur d’engager une nouvelle jeune fille. Margaret a donc 15 ans lorsque sa mère lui conseille d’entrer en service. Ayant elle-même été femme de chambre, elle sait qu’une place dans une maison a le mérite de fournir le gîte et le couvert. Margaret ayant horreur de la couture, sa mère lui conseille de postuler comme aide cuisinière. Elle n’a pas vraiment de talent de cuisinière mais elle apprendra.

La route est longue avant de pouvoir briguer une place de cuisinière dans une maison. Margaret commença au plus bas de l’échelle, héritant des tâches que personne d’autre ne voudrait assurer : repasser les lacets de chaussures, nettoyer le perron, astiquer la porte d’entrée – et ce chaque matin, quelle que soit la température. Petit à petit, les efforts ont payé et elle a pu trouver un poste de chef cuisinière.
Car Margaret n’est pas restée au même poste durant ses 11 années de service ! Si vous avez en tête les nombreux servants de Downton Abbey qui considèrent la maison comme leur foyer, vous vous séparerez bien vite de cette image. Durant son service, Margaret n’a eu de cesse de chercher la meilleure place possible et a multiplié les expériences, collectionnant les anecdotes.

Après une première partie consacrée à son enfance, Margaret Powell en vient donc à parler de son expérience de cuisinière de service. Les postes se succèdent et les places ne lui plaisent pas souvent. Une fois encore, on est loin de Downton Abbey. Les employeurs de Margaret considèrent les domestiques comme un mal nécessaire. Ils ne font pas vraiment attention à eux, oublient la présence de leur valet lorsqu’ils sont dans la même pièce. Lorsqu’une maison doit faire des économies, c’est d’abord dans les dépenses liées au personnel que l’on coupe. Monsieur et Madame profitent d’un véritable buffet de petit-déjeuner chaque matin mais les domestiques peuvent bien se contenter de hareng fumé. Pareil pour le mobilier de leur chambre ; c’est le confort minimum ! Margaret devra faire bien des places avant de tomber enfin sur une Lady qui traite son personnel avec respect, faisant tout pour qu’il se sente bien.

Le style de Margaret Powell est très familier, presque oral. On n’a pas de mal à cerner cette femme au fort caractère et la lecture est assez plaisante. Toutefois, Les tribulations d’une cuisinière anglaise souffre d’une certaine répétitivité. C’est sans doute lié à la multiplication des maisons servies mais les anecdotes sont un peu redondantes. Le ressentiment de Margaret pour ses anciens employeurs revient tout autant que sa quête désespérée d’un mari (qui ne devait pas être un domestique car elle aspirait plus que tout à quitter le service). Margaret Powell ne parlant que peu des autres domestiques ou de ses patrons, se concentrant presque exclusivement sur les aspects de son travail, le récit tourne beaucoup trop autour d’elle et de ses sentiments. J’aurais préféré en savoir plus sur les autres habitants de ces demeures, qu’ils soient d’en-haut ou d’en bas.

Après la parution de son autobiographie en 1968, Margaret Powell a terminé ses études secondaires et publiés plusieurs livres dont des romans. Elle est devenue une figure populaire de la télévision et si vous êtes curieux, vous pouvez facilement la retrouver sur Youtube. Les tribulations d’une cuisinière anglaise n’a été publié en français que l’année dernière, probablement suite au succès de la série Downton Abbey.

2 Réponses

  1. vivelaroseetlelilas

    Fort intéressant, surtout pour une fan de Downton Abbey ;)

    • Attention que c’est finalement assez loin de l’ambiance de la série. Mais parfait si tu es curieuse de la vie à cette époque ;-)

Laissez un commentaire