Les petits orages – Marie Chartres

Classé dans : Romans pour ados | 0

1Il y a un an, Moses et sa mère ont eu un grave accident de voiture qui les a laissé, lui boiteux, elle paraplégique. Plus moyen de se déplacer sans béquille et donc d’échapper aux regards d’une bande de lycéens toujours prêts à montrer du doigt la différence. Ajoutez à cela qu’en plus d’apprendre à vivre avec ce changement physique, il doit aussi apprendre à vivre avec sa culpabilité – si l’accident a eut lieu, c’est parce qu’il a déconcentré sa mère au volant. Il n’est pas le seul à devoir gérer ce changement ; sa mère se cache derrière une fausse bonne humeur et son père ne lui adresse quasiment plus la parole depuis un an. Autant dire que la vie de famille n’est pas très joyeuse.

Au lycée, Moses rencontre Ratso et le met en colère dès leur première rencontre. Ratso est Amérindien, il vient de la réserve de Pine Ridge et n’est pas du tout d’accord avec le portrait qu’en a dressé Moses dans son exposé. Il a justement besoin de quelqu’un pour l’accompagner à la réserve pour l’anniversaire de sa soeur et propose à Moses de s’y rendre avec lui. C’est le début d’un road-trip pas banal qui pourra peut-être aider des yeux à s’ouvrir – et pas uniquement ceux auxquels on pense.

 

Mon avis

Le début est un peu lent, Marie Chartres prend le temps de poser ses personnages, nous présente un Moses perdu et malheureux, des parents stressés de tout qui ne savent pas trop comment se positionner entre la couvade et le “tout est normal” et un Ratso grand et fort comme une montagne, que rien ne semble pouvoir ébranler, que rien ne pourrait contrarier, du moins en apparence.

La vieille voiture de Ratso démarre et un vent de liberté soulève les pages. A nous les grandes plaines américaines et l’horizon. Le voyage se complique et l’humeur s’assombrit, on se demande si c’était vraiment une bonne idée, tout ça. Et puis le final, lumineux, explosif, émouvant.

Un roman doux comme le regard que l’on pose sur un ami blessé que l’on cherche à aider, qui réchauffe le coeur comme deux bras grands ouverts qui nous accueillent après une longue journée.

Laissez un commentaire