“L’effet Durian” de Saulne : deux sœurs, deux visions différentes

Classé dans : BD et manga pour adultes | 1
L'effet Durian - SaulneCasterman, 2014 - Prix : 22€ISBN : 978-2-203-06091-3
L’effet Durian – Saulne
Casterman, 2014 – Prix : 22€
ISBN : 978-2-203-06091-3

Jade et Sophie sont deux jumelles nées à Hong Kong de père inconnu. Les deux filles ne sont pas nées avec les mêmes chances ; Jade est venue au monde avec les yeux blancs, presque aveugle. C’est ce « presque » qui va faire toute la différence. Après avoir découvert qu’elle y voyait un peu, même si ce n’est qu’à quelques centimètres de son nez, Philippe, un ami de la famille, va commencer à prendre le monde en photos pour le lui montrer ensuite. Jade est curieuse de tout, cherche à en voir plus, toujours plus. Philippe lui confie finalement son appareil photo qu’elle ne lâche plus, le viseur collé en permanence sur son œil pour regarder ce qui l’entoure. Ce qu’elle voit n’est pas la réalité, juste une image, comme le lui rappelle bien souvent Philippe.

Cet ami, cet oncle comme les deux petites filles l’appellent, est un français qui fait l’aller-retour entre les deux continents et jouera le rôle de modèle masculin qui manque dans leur vie. C’est lui qui leur raconte des histoires, lui qui viendra au secours de leur mère lorsqu’elle est désarmée face à cette tornade impétueuse qui refuse de rester tranquille un seul instant. Jade fonce, ne se retient jamais, se cogne dans les portes, les murs. Elle photographie ses plaies et, fascinées par le travail de son corps pour refermer les tissus, fait exprès de se blesser à nouveau.

C’est l’histoire de Jade mais c’est aussi l’histoire de jumelles et d’une sœur qui cherche à la protéger, qui accompagne sa sœur malvoyante et qui cherche à freiner ses folies. Deux sœurs qui se comprennent mieux que quiconque mais qui ont deux perceptions bien différentes de ce qui les entoure, tout simplement parce qu’elles ne les perçoivent pas de la même façon physiquement parlant.

Avec L’effet Durian, Saulne traite de la vue, du monde extérieur en perpétuel mouvement et de ce que l’on en voit, de ce que l’on veut bien voir. Saulne a réussi à créer une atmosphère particulière alors qu’il n’aborde aucun thème extraordinaire. Il est rassurant de voir qu’en bande dessinée comme en littérature, on a beau avoir déjà publié des centaines de milliers d’ouvrages, on arrive toujours à réinventer le monde et les émotions. Le passé regorge de pépites mais l’avenir à encore beaucoup à nous offrir et c’est heureux. Un tout petit bémol concernant la fin qui part un peu en vrille avec quelques pages qui n’auraient presque pas dû être ajoutées ou du moins qui nécessitaient une explication plus approfondie. Malgré tout, elles n’enlèvent presque rien au plaisir de la lecture et surtout pas au fait que L’effet Durian est un incontournable de l’été.

Une Réponse

  1. Oh ça me tente bien ça :)

Laissez un commentaire