L’adoption, duologie BD – Zidrou & Monin

Classé dans : BD et manga pour adultes | 5

adoption1

Depuis quelques années, et grâce à Céline – probablement ma seule amie à lire autant si ce n’est plus de BD que nous ! – je voue un culte à Zidrou, auteur belge extrêmement prolifique. Ses histoires me déçoivent rarement et ses collaborations me plaisent toujours. Grâce à lui, je découvre des illustrateurs et m’immerge dans d’autres univers avec délice.

J’ai reçu le premier tome de L’Adoption l’année dernière et j’attendais impatiemment la sortie du 2e tome pour vous en parler, je trouve cela toujours plus sage de juger une duologie dans son entièreté, surtout avec un tel cliffhanger en fin de 1er tome !

 

Mon résumé

L’Adoption, c’est l’histoire de Gabriel, boucher retraité, dont le fils et la belle-fille adoptent une petite fille péruvienne, Qinaya. Dans un premier temps, Gabriel n’est pas vraiment ravi de voir cette gamine débarquer chez lui pendant les vacances. Sa retraite bien méritée est bien occupée avec les autres Gégé, ses amis de toujours. Mais, très vite, son coeur fond devant cette adorable petite bouille … et tout va pour le mieux ? Pas vraiment, non, parce que les histoires ne finissent pas toujours bien …

On rêve tous d’histoires qui se finissent bien. On a beau savoir que, par nature « end » et « happy » ne feront jamais bon ménage, on se force à y croire. Cette espérance, cet aveuglement, c’est notre force à nous, les hommes.

 

Mon avis

Dans le deuxième tome, Gabriel part au Pérou – je n’en dirai pas plus – et est donc loin du Gabriel que l’on avait rencontré un an plus tôt. L’histoire prend un gros virage, on quitte les personnages attachants du premier tome pour en rencontrer d’autres, un autre en particulier, auquel je ne me suis malheureusement pas attachée.

C’est sans doute un caprice de lectrice mais je sors déçue de ma lecture. Je n’attendais pas de happy end classique mais Zidrou a choisi d’emprunter une voie qui ne me convainc que peu. Une morale de fin un peu simple, déjà vue, je m’attendais à un plus grand final.
Toutefois, cela reste un diptyque agréable à lire et le dessin de Arno Monin n’y est pas pour rien !

 

adoption2

 

 

5 Réponses

  1. Ah ces BD me font de l’œil à chaque fois que je les croise ! SINON : comment vas-tu ? J’ai comme l’impression depuis quelques mois que tu as déserté les réseaux sociaux. Je me suis jurée de prendre des nouvelles, je le fais enfin. Tu coules des jours heureux en famille et en bibli ? Bises !

  2. Quoi ? Moi, lire des BD ? Jamais ! :D

    En ce qui concerne l’Adoption, je ne partage pas ta déception. Forcément, comme toujours, Zidrou fait mouche avec moi.
    Ce n’est pas tant le message final que la façon dont il est amené qui me fait aimé cette histoire. Comme dans d’autres oeuvres, Zidrou nous plonge dans la réalité des choses d’une manière très sincère et sans concession, sans prendre de gants. Et c’est cette non-infantilisation (ça existe ça ?), ce ton direct, qui donne toute la puissance au récit.

    C’est vrai que la morale de fin est déjà vue, mais il y a des choses qu’on ne répétera jamais assez. <3

Laissez un commentaire à Céline

Cliquez ici pour annuler la réponse.