La petite dernière – Susie Morgenstern

Classé dans : Romans pour ados, Romans pour enfants | 0

lapetitedernièreSusie Morgenstern a écrit des dizaines de romans à destination des enfants et adolescents. L’été dernier, je me délectais de son premier roman autobiographique à destination des grands lecteurs, Jacques a dit, dans lequel elle parlait de son histoire d’amour avec son mari Jacques.

Cet été, je me suis régalée une fois de plus de la plume de cette chère Susie avec La petite dernière.

 

Ce roman autobiographique se centre sur l’année de ses dix ans. Susie est la benjamine d’une famille de trois enfants. La petite sœur, après Sandra, la grande qui ne pense qu’aux garçons et qui ne vit que pour ses rendez-vous du samedi soir, et Effie, la rigolote, moulin à paroles.

Susie se sent différente, souvent transparente. Elle n’est que la « petite dernière », celle à qui on ne confie même pas encore de tâches domestiques, à qui l’on demande simplement de faire ses devoirs. Mais ses devoirs, il n’y a même pas besoin de lui demander de les faire ! Elle aime tellement l’école qu’elle n’obtient que des A, remporte tous les concours d’orthographe et de dissertation. De la bouche de ses parents, elle n’obtient que de faibles « félicitations » avant que l’on passe à autre chose et que l’on se concentre à nouveau sur les histoires des plus grandes.

Susie partage la chambre d’Effie et, même si ses sœurs la rendent bien souvent folle et que les noms d’oiseaux ont l’habitude de voler, elle ne saurait pas vivre sans elles. Que la vie d’un enfant unique doit être triste ! Avec ses sœurs, Susie danse devant la télé après l’école, regarde vingt fois le même film pendant les vacances, profite des escapades à trois en voiture pour manger toutes les crasses que sa maman leur interdit,…
C’est un roman sur les sœurs. La relation très forte qui se tisse entre trois filles très différentes mais unies par les liens du sang. Elles grandissent avec une mère qui ne cesse de leur répéter qu’elles n’ont pas besoin d’amies tant qu’elles sont ensemble. Des amies, Susie en aura, bien sûr, mais elle ne partagera jamais autant qu’avec Sandra et Effie et aucune ne la fera rire comme ses sœurs.
C’est également un roman témoin de la vie d’une famille juive américaine dans les années cinquante. Une famille qui vit sa foi de manière plutôt moderne mais qui est bien évidement très marquée par la Shoah. On n’en parle pas encore avec les enfants, c’est encore bien trop fort, trop douloureux, mais lorsque Susie sera victime d’insultes antisémites, ses parents décideront de l’inscrire dans une école juive orthodoxe pour qu’elle puisse au moins comprendre ce que c’est « être juive ».
La petite dernière est un roman agréable à lire, comme tous les romans de Susie Morgenstern, qui ravira ses fans et les autres ; les romans sur les souvenirs d’enfance étant toujours universels.

Laissez un commentaire