La passe-miroir, tome 1 : les fiancés de l’hiver -Christelle Dabos

Classé dans : Romans pour ados | 6

Il est rare que je relise un roman. C’est étrange parce que je n’ai pour principe de ne garder que les livres que je souhaite relire un jour mais en vrai, il faut bien reconnaître que cela n’arrive pas très souvent. Parce que des centaines de nouveaux romans sont publiés chaque année et que je n’en lis que cent en moyenne – il faut bien choisir !

Les fiancés de l’hiver, le premier tome de La Passe-miroir, fait partie de ces livres que je souhaitais relire un jour. Il y a deux ans, lors de sa sortie, je l’avais dé-vo-ré. C’était pourtant loin d’être gagné parce que ce n’est vraiment pas le genre de romans que je lis habituellement. J’en avais gardé un excellent souvenir et j’avais autant hâte de découvrir la suite que de relire le premier tome le jour où elle sortirait enfin.

Les disparus du Clairdelune, le second tome, sort en librairie ce jeudi 29 octobre- ENFIN ! Mais avant de le lire et d’en parler, je tenais à vous présenter Les fiancés de l’hiver.

lesfiancésdelhiver

Si j’ai voulu relire le premier tome, c’est parce que Christelle Dabos a créé un univers original avec ses codes. Je ne serais pas repartie au Pôle sans avoir révisé les lieux, les personnages, … et leurs différents pouvoirs.

Ophélie, l’héroïne et “passe-miroir” de ce livre est une liseuse. Une liseuse d’objets ! Entre ses mains, un objet se révèle et lui confie son histoire. Il est donc bien normal qu’elle travaille pour le musée de famille de l’arche d’Anima. Ophélie est également une passe-miroir ; elle peut passer au travers des miroirs qu’elle a repéré au préalable et voyager ainsi de manière assez rapide et plus ou moins discrète. Dit comme cela, cela pourrait sembler plutôt normal mais ce sont deux dons qui ne sont pas courants, même sur Anima.

Ophélie est une jeune femme très effacée. Discrète. Je n’aime pas dire cela mais elle est l’incarnation du cliché de l’archiviste. Petite, maigrichonne, les cheveux en bataille, son visage est perdu derrière ses lunettes et sa longue écharpe. Absolument pas le physique d’une fille à marier et pourtant.

Ophélie a déjà repoussé deux demandes en mariage de lointain cousins. Elle sait que la prochaine fois, elle n’aura probablement plus rien à dire. Elle ne pourrait être plus juste ; sa mère vient de lui annoncer que les Doyennes ont arrangé ses fiançailles, des fiançailles contre lesquelles elle ne peut rien, pas plus que sa famille.

L’homme auquel Ophélie a été promise s’appelle Thorn. Il vient du Pôle et appartient au clan des Dragons. Il est aussi grand que Ophélie est petite. Aussi renfermé qu’elle, également, mais si il s’agit de timidité chez Ophélie, Thorn, lui, a une personnalité plus froide – glaciale, même. Ce ne serait déjà pas très drôle de se marier à un tel homme s’il habitait au coin de la rue, là c’est encore pire ! Le Pôle, c’est une autre arche, loin, très loin d’Anima. Et voilà que Thorn lui apprend qu’ils prennent immédiatement la route et qu’elle passera la période de ses fiançailles au Pôle. Elle ne reverra sa famille que pour son mariage, à la fin de l’été. D’ici là, il faudra tenir l’hiver … et Thorn lui parie qu’elle n’en sera même pas capable.

Si vous n’avez pas encore lu Les Fiancés de l’hiver, je ne veux pas en dévoiler plus car je vous gâcherais votre lecture. Il y a tant de choses à découvrir sur Anima et au Pôle et il est bien plus agréable de les découvrir soi-même, pages après pages. Ce que je peux vous dire, c’est que tous les personnages sont attachants – autant en mal qu’en bien – que vous n’arriverez jamais à lâcher ce livre “à la fin du chapitre”, que vous en voudrez toujours plus. Et que la fin vous donnera envie d’ouvrir le deuxième tome immédiatement … ce qui tombe bien pour vous puisque vous n’aurez pas à attendre !

6 Réponses

  1. Il faut que je le relise aussi avant d’attaquer le tome 2 ! J’avais tellement aimé ce bouquin… :)

  2. Il faut aussi que je le relise pour bien me remettre tout en mémoire, je suis tellement pressée d’avoir la suite !!

  3. Je ne l’ai pas lu, mais j’avoue que toute cette agitation autour de ce roman + ton article me tentent bien !

Laissez un commentaire