La mémoire de Babel – Christelle Dabos

Classé dans : Romans pour ados | 4

J’ai mis du temps à venir vous parler du troisième tome de La Passe-miroir de Christelle Dabos, intitulé La mémoire de Babel. J’ai voulu prendre le temps de décanter, de m’éloigner de toute la fièvre qui s’était emparée des librairies et de la blogosphère début juin. Tout le monde le lisait, tout le monde en parlait.
Ça a quelque chose de galvanisant, cet effet de groupe, et en même temps, ça m’enlève toujours un peu mon plaisir de lectrice, comme si les personnages ne s’adressaient pas qu’à moi. Quelques semaines ont passé depuis ma lecture et je suis désormais prête à venir vous en parler.

La-memoire-de-Babel
Mon résumé

Cela faisait un an et demi que les lecteurs se languissaient d’Ophélie et ils ne sont pas les seuls à avoir du faire preuve de patience.
Depuis deux ans et sept mois, Ophélie attend le retour de Thorn. Renvoyée sur l’arche d’Anima après que celui-ci se fut enfui, la jeune femme dépéri. Son musée n’existe plus et elle est forcée de cohabiter avec sa famille qui n’a jamais vraiment réussi à la comprendre.
Il n’y a bien que sa marraine pour comprendre son ennui et son tourment, elle-même de ne désirant rien d’autre que de retourner au Pôle.
Lorsqu’un jour, Archibald débarque à la faveur d’une rose des vents, les deux femmes n’ont pas le temps de réfléchir, elles foncent !

Ophélie rejoint seule Babel. Selon ses rêves, tout porte à croire que c’est là que se trouve Thorn. Elle s’apprête à mener l’enquête sous une fausse identité mais, de toutes les arches, Babel apparaît comme la plus codifiée. Les apparences sont extrêmement importantes et il lui faudra tout à la fois se fondre dans la masse et se faire remarquer par ses talents pour espérer percer le mystère de Thorn.

 

Mon avis

Passé ma déception de ne pas passer ce nouveau tome en compagnie des personnages que j’avais appris à aimer dans les deux premiers tomes, j’ai pleinement apprécié cette nouvelle aventure d’Ophélie. L’arche de Babel est plus froide, son peuple n’est vraiment pas attachant et les descriptions de la vie d’étudiante d’Ophélie m’ont parfois semblé bien inutiles – les récits de bizutage de dortoir n’ont pas grand chose d’original – mais la plume de Christelle Dabos est toujours la même. Quel plaisir !

Sans entrer trop dans les détails parce que je n’aurais pas envie de vous spoiler, j’ai adoré retrouver dans ce tome un monde que je connais très bien, celui des bibliothécaires. A une époque, Christelle Dabos se destinait à devenir bibliothécaire et alors pardon mais dans ce troisième tome, ça se voit comme le nez au milieu du visage. Tout n’est qu’ode au monde des livres, à certains aspects du métier et c’est un réel plaisir de lire un livre ou l’amour de ce milieu transperce à chaque page. J’avais l’impression d’être à la maison !

Dernier point plus que positif de ce tome : la relation d’Ophélie et Thorn évolue enfin. Elle est toujours à mille lieues des relations de couple marié que l’on peut lire habituellement et c’est un régal – comme tout le reste de ce roman, 0 objectivité ici.

 

Retrouvez mes avis sur les premier et deuxième tome :)

4 Réponses

  1. C’est vrai que certains personnages nous manquent beaucoup mais la relation Thorne-Ophélie, miam!! ;-)

  2. Génial troisième tome ♥ Attendre la sortie du tome 4 va être difficile !
    J’ai adoré Ophélie, elle évolue d’une bonne manière, se révèle.

    • Oui, c’est vrai que l’évolution d’Ophélie est vraiment très intéressante. J’ai été lire ton avis et je suis tout à fait d’accord :)

  3. Ce troisième tome a été un autre coup de coeur. Je suis toujours impressionnée par l’auteur et Ophélie est vraiment une héroïne hors du commun. Cela fait du bien !

Laissez un commentaire à Cleophis

Cliquez ici pour annuler la réponse.