La femme à la clé – Vonne van der Meer

Classé dans : Romans pour adultes | 1
La femme à la clé - Vonne van der Meer10/18,2015 - Prix : 7,50€ISBN : 978-2264063250
La femme à la clé – Vonne van der Meer
10/18,2015 – Prix : 7,50€
ISBN : 978-2264063250

S’il y a quelque chose que nous, les amateurs de littérature, aimons dans un roman, c’est bien lorsqu’il parle de livres, non ? Alors venez, je vous emmène à Amsterdam, à la rencontre de La femme à la clé qui sort en poche 10/18 cette semaine.

Nettie a la cinquantaine bien faite. Veuve, elle cherche un travail mais n’en trouve pas. Elle décide alors de créer son propre emploi en devenant liseuse. Oui, liseuse, comme votre maman lorsqu’elle venait vous lire une histoire avant que vous ne sombriez dans le sommeil. Une nouvelle, quelques chapitres, un « bonne nuit » murmuré et Nettie s’en va sur la pointe des pieds, refermant derrière elle.

A l’exception d’une, les clients de Nettie sont tous adultes – mais attention, intentions sexuelles totalement exclues ! Des adultes veillés et bordés par une étrangère, voilà qui est original. S’ils font appel aux services de Nettie, c’est parce qu’ils éprouvent des difficultés à s’endormir. Chacun sa raison, ses tracas. Il est peut-être plus facile de se confier à une étrangère, au cours d’une conversation sur la lecture qui les occupe. Les livres, c’est le plus souvent Nettie qui les choisi. Mais certains ont leurs préférences, pas toujours au goût de leur liseuse.

« Pas encore réfléchi à toutes les conséquences du choix de mon métier. Pour plus de commodité, je suis partie du principe que tout le monde veut des livres que je trouve beaux. Jusqu’à quel point suis-je prête à lire arbitrairement tout ce que le client me propose ? J’ai tout de même le droit d’opposer une certaine résistance, de guider un peu, d’éduquer. »

Les visites nocturnes de Nettie donnent lieu à des discussions personnelles mais également à des échanges autour de leurs lectures et de la littérature en général. Nettie est une amoureuse des livres, une passionnée de lecture et sa personnalité et ses réflexions donnent lieu à de très intéressants passages dans le roman. Il y a toutefois un petit quelque chose qui me dérangeait, sans que je ne sache mettre le doigt dessus jusqu’à la lecture de cette phrase :

« Il est peut-être vrai que le monde rapetisse mais, dans une large mesure, la beauté disparaît dans une traduction, et ce n’est pas grave ».

Je n’irai pas jusqu’à dire que la traduction est en cause parce que je trouverais cela déplacé de me prononcer sans avoir lu la version originale mais la beauté m’a manqué. C’est peut-être parce que j’espère retrouver un certain champ lexical dans un livre qui parle d’autres livres ou que, jugeant qu’il existe peu de choses aussi belles que les livres dans ce monde, je m’attends à être submergée par leur beauté dès qu’il en est question.

Pour autant, ce n’est pas parce que je trouve qu’il manque un petit quelque chose à l’écriture de Vonne van der Meer (ou à celle de sa traductrice, le mystère reste entier) que je n’ai pas été séduite par La femme à la clé. C’est un bon roman, une belle parenthèse entre deux livres au sujet plus grave. Un roman qui vous donne envie de lire alors même que c’est ce que vous êtes en train de faire ! Une ode aux nouvelles qui m’a donné envie d’en lire plus.
Ce livre entre dans le cadre de mon 2015 reading challenge dans la catégorie « un roman dont l’intrigue se passe dans une ville que vous avez toujours voulu visiter » puisqu’il se passe à Amsterdam et n’a fait qu’accentuer mon envie de m’y rendre.

Une Réponse

  1. Très tentant, mais, comme tu le dis si bien, comme parenthèses entre deux romans. Je suis curieuse…

Laissez un commentaire