Kyrielle blues : le duo Biefnot-Dannemark remet ça !

Classé dans : Romans pour adultes | 1

Il y a un peu moins d’un an, je vous présentais le premier roman écrit à quatre mains par Véronique Biefnot et Francis Dannemark, La route des coquelicots. Le tandem revient aujourd’hui avec Kyrielle blues.

kyrielleTeddy, le père de Nina, est décédé. Pianiste de jazz renommé, il l’a élevé seul même si son métier d’artiste le tenait souvent éloigné d’elle. Eloigné, il l’aura été jusqu’à sa fin, préférant vivre ses dernières années dans le nord de la France plutôt qu’à Bordeaux où réside sa fille. Aujourd’hui, Nina prend la route pour Hazebrouck pour ouvrir le testament de son père en compagnie de son notaire. L’inventaire de ses biens est accompagné d’une lettre qui revient sur les souvenirs qui y sont liés. Et c’est alors une kyrielle de souvenirs qui déferlent dans l’étude alors que le notaire devient un confident. D’autant que lui aussi connaissait bien Teddy ; en plus d’être son notaire, il était son élève et ami.

J’ai déjà lu des romans écrit à deux avant de lire ceux de Biefnot-Dannemark mais la particularité de ce tandem, c’est que les deux auteurs ont écrit à deux, ensemble, l’entièreté du roman. Pour moi qui ai déjà lu des romans des deux auteurs, c’est flagrant, le style est différent. Il ne s’agit pas de l’écriture de l’un dans laquelle se serait mêlée un peu de l’autre, non, c’est réellement un nouvel auteur qui est né de la rencontre de ces deux-là – et, en ce sens, je trouve l’expérience littéraire véritablement fascinante.

D’un point de vue plus personnel et moins objectif, je dois reconnaître que cet auteur n’arrive pas vraiment à me charmer. Pour être tout à fait honnête, j’avais déjà une nette préférence pour l’écriture de Francis Dannemark dont j’ai dévoré de nombreux romans et la lectrice que je suis éprouve bien plus de plaisir à la lecture de ses romans écrits seuls qu’en duo. On ne peut pas aimer tous les styles ! ;-)

Un mot sur l’histoire, tout de même : elle est assez légère, empreinte d’une douce nostalgie, et malheureusement un rien trop prévisible à mon goût. C’est un genre, on n’est pas ici dans un roman à suspense. C’est l’histoire de gens normaux à qui il arrive des choses plutôt normales. La vie, la mort, les souvenirs d’enfance auxquels ont reste très attachés, les erreurs de jeunesse, les choix de vie. Et les petites choses qui peuvent bouleverser notre vie si l’on se donne la peine de leur ouvrir la porte ou de provoquer le destin !

Dernière info : vous voyez la belle illustration de couverture ? Le roman en est truffé. Et en couleurs ! Un régal pour les yeux :)

Une Réponse

  1. Celui -ci pour le coup, je ne le lirai pas,tout simplement parce que je ne suis pas très fan de Dannemark (comme quoi les goûts…) même si j’avoue que cette expérience particulière d’écriture en duo aurait pu me tenter.

Laissez un commentaire