J’ai testé La Kube

Classé dans : Lectrice au quotidien | 15

Dans le monde merveilleux d’internet, il y a environ un million de box disponibles (j’exagère si je veux). Des box pour les enfants, les femmes, les hommes. Des box thé, des box culinaires, des box beauté, des box papeterie, … vous avez le choix de vous abonner à à peu près tout ce que vous aimez. Souvent via un abonnement mais aussi à l’unité, juste une fois pour voir.
Le principe ? Etre surpris ! Un colis arrive dans votre boîte aux lettres et vous ne savez pas ce qu’il contient … c’est Noël !

Quand j’ai entendu parler de La Kube, j’ai tout de suite eu envie de la tester. A 15€ frais de port compris (vers la Belgique aussi !), je ne risquais pas grand chose. Et c’était l’occasion d’enfin tester une box qui correspondent vraiment à mes goûts (un liiiiivre !) et de me laisser guider par quelqu’un d’autre. Je savais quel genre j’avais envie de lire mais je ne savais pas trop quoi. Exactement le principe de La Kube.

La Kube a été lancée par Aurore et Sam. Vous rentrez vos envies de lecture, vous pouvez même télécharger votre bibliothèque Babelio ou GoodReads pour avoir moins de risque de recevoir un livre que vous avez déjà lu, et vous laissez votre sort entre les mains d’un libraire indépendant qui va se charger de trouver LE livre qui vous correspond. C’est le côté partenariat avec un libraire qui m’a définitivement convaincue. Tout se passait par écran interposé mais il y avait un contact avec un professionnel du livre, je trouvais cela vraiment bien.

Le jour des premières commandes, le site a littéralement été pris d’assaut et les serveurs ont eu du mal à suivre. Cela ne m’a pas étonnée le moins du monde mais, visiblement, Aurore et Sam n’avaient pas parié sur un tel engouement. Il a donc fallu prendre son mal en patience mais le lendemain c’était bon, ma Kube était commandée. A noter qu’ils ont très bien géré la communication, répondant aux nombreux messages sur leur page facebook, informant par mails les inscrits de l’état d’avancement des Kubes et des envois. De ce côté là, c’est nickel !

Et la semaine dernière, elle est arrivée …
kube

La Kube était emballée dans une enveloppe en papier kraft. Mon enveloppe était complètement déchirée dans ma boîte aux lettres mais ça, on va dire que c’est mon facteur qui a un peu forcé pour la faire rentrer. Ce qui m’a tout de suite marquée, par contre, c’est qu’un côté de la Kube n’était pas fermé (sur la photo, la Kube est vide donc j’ai pu refermer le côté droit).
Le livre que j’ai reçu était touuuut pile à l’épaisseur de la Kube. Il compte 476 pages, on aura donc compris que le maximum est aux 500 pages :D).

Passons au contenu. Ma box contenait donc un roman poche et un petit carnet à pages blanches offert par les éditions Eyrolles. Première déception, ce carnet n’a vraiment rien d’exceptionnel et est clairement un carnet publicitaire (avec une pub pour une nouvelle parution imprimée à l’intérieur) comme les éditeurs en offrent parfois à l’achat de deux ou trois livres. Rien de fou.
Deuxième déception, la box était censée contenir également un bon de réduction chez Printic et je ne l’ai pas reçu. Ce n’était pas le goodies qui me rendait le plus fofolle mais honnêtement, après le carnet, j’aurais pas dit non. J’attends toujours des nouvelles de l’équipe concernant cet oubli.

Et enfin, le plus important : le livre !

kube (5)

J’ai été agréablement surprise du choix du roman parce qu’il s’agit d’un auteur que je n’ai jamais lu et qui s’inscrit effectivement bien dans ce que je souhaitais lire (un roman familial contemporain). Je n’ai malheureusement pas eu de coup de coeur et ai eu l’impression de survoler l’intrigue et les personnages mais je ne juge pas cela grave ou même dommage. Les goûts restent subjectifs, aucun souci avec ça. Là où je suis un poil déçue (oui je suis tatillonne) c’est que j’ai reçu une édition du livre de poche vieille de cinq ans alors que ce roman a été réédité il y a quelques mois aux éditions 10/18. Je ne veux pas absolument avoir l’édition la plus récente, ce n’est pas ça que je veux dire, juste que là j’ai eu l’impression de recevoir le fond de rayon de la librairie Filigranes – et, croyez-moi, avec ses 2.600m2 (oui oui !!) elle a du stock.

Justement, parlons du libraire. J’ai vu beaucoup de belges se plaindre du choix de la librairie partenaire. Je ne vais pas le cacher, j’ai été un peu déçue parce que j’espérais soutenir une librairie indépendante et il est clair que Filigranes n’a pas besoin de mon soutien pour s’en sortir. Toutefois, je comprends très bien qu’en tant que français, c’était probablement la librairie avec laquelle il était le plus facile de lancer la Kube. La librairie a une très grande équipe, peut certainement gérer ça plus rapidement qu’une petite librairie, pour un premier essai c’est compréhensible. J’espère juste que la liste des partenaires s’allongera dans les mois qui viennent.

Là où j’ai été vraiment déçue, c’est qu’il n’y avait pas le moindre petit mot du libraire dans la Kube. Un flyer publicitaire, oui, mais c’est tout. Pas de mot expliquant le choix ou juste un “coucou” pour me souhaiter une bonne lecture… pour une box qui promet une nouvelle expérience de lecture et met en avant le côté libraire indépendant, j’ai trouvé cela vraiment dommage. J’ai eu un choix basé sur mes goûts, c’est vrai, mais aucun échange, aucun contact. Franchement, à ce compte là, je pourrais presque avoir le même résultat avec l’algorithme de suggestion de lecture de babelio.

 

Vous l’aurez compris, je ne retenterai pas l’expérience aujourd’hui (car oui, les secondes préventes sont aujourd’hui même à midi pile !). Je suis contente de l’avoir fait une fois, c’était une chouette expérience de l’attendre et de laisser quelqu’un choisir ma prochaine lecture mais une fois suffira. Pour 15€, j’aurais pu avoir plus. On va dire que j’ai payé l’expérience au lieu de dire “j’aurais pu avoir deux romans en poche pour ce prix-là !”. J’ai essuyé les plâtres, aidé deux jeunes à se lancer, je suis contente.

15 Réponses

  1. J’ai largement soutenu le concept qui me paraissait novateur et intéressant. Et quelle campagne de pub, une vraie réussite. Par contre ensuite, Il me semblait que 15 euros pour un livre en format poche était un peu excessif. Je pensais que les petits objets joints pouvaient compenser, cela ne semble pas le cas.
    Si les choix de livres me paraissent assez judicieux, à part l’effet de surprise, je ne trouve pas l’avantage. A moindre prix, je préfère que mon libraire me conseille un roman.

    • J’étais très curieuse des goodies mais non là, ça ne vaut vraiment pas le coup.
      Retournons chez nos libraires ! :D

  2. Un retour bien intéressant, merci du partage !

  3. Bon, tu me confortes dans mon choix de ne pas me lancer dans l’expérience. J’étais un peu sceptique, mais là, non vraiment, ce n’est pas pour moi.
    Pour ça je préfère encore faire un swap… ;-)

    • Disons qu’avec mes tous petits moyens, ça coûtait moins cher qu’un swap (qui coûte toujours cher à cause des frais d’envoi en fait ^^). C’est une expérience, je suis heureuse de l’avoir faite … mais on ne m’y reprendra pas :D

  4. C’est dommage parce que ça partait d’une bonne idée mais tu as l’air vraiment déçue de bout en bout. Je n’ai pas encore sauté le pas des box littéraires (des box tout court d’ailleurs) et je ne commencerai sûrement pas avec celle-ci.

    • Non, le livre reçu était bien par son choix, même si je n’y ai finalement pas accroché. Tout n’est pas noir ! ;-)

  5. Depuis la mésaventure aksebo (qui nous a fait payer un abonnement mais n a jamais rien envoyé), je me mefie un peu de toutes les nouvelles box qui sortent. Là, je trouve qu’à 15 euros la box, c’est franchement un flop. Il doit y avoir une grosse erreur dans leur business plan mais ce n’est clairement pas viable.

    • J’étais TRES étonnée du prix, c’est clair. Surtout pour un envoi en Belgique aussi. Mais avec un livre qui ne vaut que la moitié du prix et des goodies de pub qui n’ont pas du trop coûter, ça peut marcher. Affaire à suivre…

  6. J’ai longuement hésité à m’y inscrire mais j’étais un peu freinée par le prix : 15€ pour un poche que je ne suis pas sûre d’aimer… Bof, bof. Je me doute que la logistique derrière à un prix mais l’expérience n’a pas l’air à la hauteur des attentes des lecteurs. Et comme toi, quand j’ai appris que c’était Filigranes le libraire partenaire, j’ai perdu mes dernières illusions ! J’aime Filigranes pour son côté “ouvert tout le temps et je suis sûre d’y trouver ce que je cherche” mais ça devient de plus en plus une grosse machine marketing, bien loin du petit libraire indépendant à soutenir… Ils sont donc assez éloignés de l’image que j’avais des libraires partenaires…

    Tu me confortes donc dans mon choix de ne pas me lancer dans l’aventure ! Je continuerai à suivre leur avancement de loin, pour voir s’ils s’ouvrent à d’autres libraires que je pourrais ainsi découvrir mais pour l’instant, je ne ferai rien de plus. Dommage, car le concept avait l’air sympa.

    • Aaah Filigranes, c’est juste bon pour le 365/365, hein ! Quand je vivais à Bruxelles, j’y allais souvent les jours fériés un peu gris où on se demande ce qu’on pourrait faire… mais je n’ai jamais eu un bon contact avec les libraires, j’ai toujours eu l’impression de les déranger ou de ne pas être dans le public cible…
      Enfin bref, c’est une autre histoire :D

  7. Et bien voilà nous sommes finalement assez nombreux à réagir de la même façon quant à la Kube … Dommage le concept est génial !
    Pour ceux qui pensent toujours que cette idée est bonne, et qui souhaitent aider des libraires indépendants , il existe aussi le haut de la pile! Le concept est le même mais sans les défauts de la Kube ! Allez voir par vous même leur site internet et leur réseaux sociaux c’est un vrai coup de cœur ! http://www.lehautdelapile.fr

Laissez un commentaire