Jacques a dit – Susie Morgenstern

Classé dans : Romans pour adultes | 0

Susie Morgenstern a écrit un nombre incroyable de livres pour enfants et adolescents. Mes souvenirs me jouent peut-être des tours mais je pense que le premier petit roman que j’ai lu seule était d’elle. Il s’appelait “Cucul la praline” et je l’ai trouvé dans l’étagère de la chambre d’ami, chez ma Mamy. Je l’ai adoré, tellement que j’en ai parlé à mon institutrice de l’époque et que celle-ci m’a montré d’autres romans de la même auteur dans la bibliothèque de l’école. Et bam, c’était parti.
A 20 ans, j’ai rencontré Susie Morgenstern et, après avoir passé trois heures à me dire que je n’oserais jamais lui parler, j’ai été bafouiller que “vous êtes mon héroïne je pense”. Voilà, maintenant vous savez tout. Maintenant, vous saurez à quel point cette chronique ne sera pas du tout objective.

jacquesaditDe quoi ça parle ? 

Jacques a dit est le premier livre pour adultes de Susie Morgenstern. C’est un récit autobiographique qui parle de son mari, le grand mathématicien Jacques Morgenstern. Susie l’a écrit il y a vingt ans, après la mort de Jacques. Elle ne l’a jamais publié mais l’a ressorti de ses tiroirs lorsque Bayard, son éditeur, lui a demandé de rédiger une autobiographie. Comment pourrait-elle parler d’elle sans parler de l’amour de sa vie ? Quiconque connaît son oeuvre sait que l’amour y joue un rôle majeur !

Susie et Jacques, c’est un couple improbable. Il est aussi calme qu’elle est bruyante, fait tout pour rentrer dans le moule alors que le moule ne pourrait jamais contenir Susie tant elle part dans tous les sens.
Fin des années 1960, l’américaine suit son mari pour s’installer en France, à Nice. Pour lui, elle abandonne tout : ses racines, sa culture et sa famille. Elle n’aura de cesse de lui reprocher même si elle ne se serait jamais vue vivre sans lui. Dans Jacques a dit, elle raconte son Jacques, leur vie, sa découverte de la France et de l’administration – la pauvre, elle commence mal, sa première rencontre sera avec un employé de la poste !

Jacques était très exigent. Il poussait Susie dans le dos pour qu’elle achève enfin sa thèse, pour qu’elle apprenne à cuisiner de bons petits plats avec des produits frais, pour qu’elle soient la meilleure épouse et mère possible, la meilleure employée de l’université. Il lui lançait des défis de créativité auxquels elle répondait avec plaisir, elle, la boulimique des mots. Il la pousse tant et plus qu’on peut le trouver dur, parfois, tout en se disant que lui qui connaissait si bien Susie voyait sans doute mieux qu’elle de quoi elle pouvait être capable – même si, avouons-le, on aurait bien envie de lui dire de lui foutre un peu la paix aussi.

Mon avis

Susie Morgenstern se donne le rôle du trublion. Alors que Jacques n’aime rien tant que les mathématiques, Susie, elle, n’a qu’une passion : les mots. Oh mais Jacques aussi ! Il aime lui faut son journal Le Monde tous les jours ! Pas vraiment les mêmes mots que Susie. Il corrige et recorrige les textes de Susie qui laisse tant de fautes qu’elle l’exaspère.

Jacques souffrait tellement de son perfectionnisme qu’il s’arrêtait avant même de commencer. Quand il m’ a prise en flagrant délit de sourire en me relisant, excédé il m’a dit : ” Tu es vraiment une imbécile heureuse “

Susie, c’est la tornade qui amène la vie dans ce qui serai sans elle un quotidien trop calme, trop rangé, trop plat.

Je bosse
Tu dors
C’est l’histoire de ma vie.

Jacques

Tout en racontant leur jeunesse, leur couple et leur vie quotidienne, Susie Morgenstern raconte également ses débuts d’écrivains et sa vie d’auteur pour la jeunesse. Pour quiconque aime son oeuvre, c’est un régal. J’avais déjà l’impression de bien la connaître à travers ses romans biographiques et je me suis régalée de ces nouveaux détails qu’elle m’offrait.

 

Jacques ne dénigrait pas le domaine des livres de jeunesse comme tant de mes amis : ” quand est-ce que tu vas écrire un vrai livre ? ” ou de collègues qui prenaient une voix de soprano pour me demander : ” Tu écris toujours tes petits contes ?” Jacques savait que l’on pouvait écrire un grand livre pour les petits.

Laissez un commentaire