Felix Funicello et le miracle des nichons – Wally Lamb

Classé dans : Romans pour adultes | 0

Et qui revoilà pour la rentrée (littéraire) ? Notre Knapy chérie ! Elle vient nous parler du dernier roman de Wally Lamb, l’un de ses grands amours, intitulé Felix Funicello et le miracle des nichons – ça doit avoir son petit effet dans le train :D

 

nichonsAvant tout, merci aux éditions Belfond et à Babelio de m’avoir donné la chance de lire ce roman.

En grande fan de Wally Lamb j’attendais impatiemment la sortie de ce roman, même si en lisant les résumés je me suis dis OK ce ne sera pas du tout la même chose que “Le Chagrin et la grâce” ou “La puissance des vaincus” deux romans que j’adore, mais Lamb m’est trop précieux pour faire l’impasse. Et bien m’en a pris ! J’ai passé un moment délicieux avec Felix Funicello, sa famille et ses camarades de classe. L’humour et la naïveté sont les maitres mots de ce très court roman.

On y découvre le quotidien de Felix, un jeune garçon attachant qui vit avec ses parents et ses deux grandes sœurs, mais qui vit surtout à travers des petites gloires, sa maman qui représente son Etat lors d’un concours de cuisine, lui qui raconte une blague « olé olé » en direct lors d’une émission télé pour enfant, mais aussi, et surtout il vit un peu pour Annette Funicello, sa cousine connue pour avoir fait partie du premier Mickey Mouse Club (mais oui, l’émission qui a dévoilé Britney Spears, Ryan Gosling et les autres !). On découvre donc le quotidien de Felix dans une école catholique au milieu des années 60, et tout ce que ça comporte, bien entendu.

Les personnages sont un peu stéréotypés : les vieilles bonnes sœurs, la prof laïc un peu barge, la première de classe et fille à papa, le copain un peu plus âgé qui en sait beaucoup plus sur « vous voyez ce que je veux dire » et les poupées. C’est un microcosme un peu prévisible mais tellement attachant. En lisant ces quelques chapitres j’avais l’impression de lire l’enfance de mon papa, avec ce je ne sais quoi de fun qu’on a perdu au fil des années, une enfance plus insouciante, vécue à 100%. Il y a surement une petite part de nostalgie, mais on ne résisterait pas à en reprendre.

Le point fort de ce roman, outre le fait qu’il soit très agréable à lire et drôle, vient de l’épilogue. Il est parfait, un peu comme à la fin d’un film basé sur une histoire vraie, où ces quelques lignes nous expliquent ce qu’est devenu untel ou unetelle.

Bref, un joli coup de cœur une fois de plus pour Wally Lamb. Avec ce court roman au final il nous montre qu’il peut faire autre chose que ce à quoi il nous a habitué. Je relirai « Felix Funicello et le miracle des nichons » sans hésitations, parce que mine de rien c’était 245 pages de bonheur.

Laissez un commentaire