Et plus encore – Patrick Ness

Classé dans : Romans pour ados | 0
Et plus encore - Patrick NessGallimard jeunesse, 2014Prix ; 19,50€ISBN : 978-2070661701
Et plus encore – Patrick Ness
Gallimard jeunesse, 2014
Prix ; 19,50€
ISBN : 978-2070661701

C’est une chronique un peu particulière que j’écris aujourd’hui pour Et plus encore, le nouveau roman de Patrick Ness. Avant toute chose, je suis obligée de vous le dire : moins vous en saurez sur ce livre et plus vous en apprécierez la lecture. Le moindre petit détail donné serait de trop, risquerait de vous ruiner le suspense. Car ce livre bouleverse tout, vous pensez avoir compris quelque chose, saisi une information et bam ! vingt pages après, toutes vos certitudes sont remises en questions. Et c’est comme cela sans arrêt, tout au long de ses 450 pages. Au moins vous en savez, au plus vous êtes pris par le suspense et au mieux vous appréciez ce livre.
Ok mais tout de même, de quoi il parle ?

Et plus encore s’ouvre par une scène de noyade ; celle de Seth, seize ans. Avec conviction, Seth est entré dans l’eau glacée, n’a opposé aucune résistance aux vagues, s’est laissé porter par le courant tout en sachant que l’issue lui serait fatale. Mourir. Dire adieu à ses souffrances, adieu à son cœur qui lui fait si mal qu’il explose. Ne plus penser à rien, ne plus rien ressentir, mourir. Et Seth meurt, là, dans cette eau déchaînée.
Mais Seth se réveille. Seul. Où est-il ? On dirait son ancienne maison mais est-ce possible ? A voir le monde extérieur, on dirait plus l’enfer. Après tout, ce serait logique qu’il s’y soit retrouvé. Mais l’enfer est bien différent de ce qu’il imaginait.

Patrick Ness est un auteur incroyable, de ceux qui mettent en image les sentiments les plus forts, les plus durs, les plus sombres. Il n’a pas peur d’en parler, d’aller trifouiller au plus profond de la douleur pour voir ce qu’il s’y cache et ce que l’on peut en faire. Dans Quelques minutes après minuit (dont il faut absolument que je vous parle un jour), il parlait de la maladie et de l’horreur de voir un parent perdre son combat face au cancer et mourir à petit feu. C’est la dépression qu’il aborde dans Et plus encore, mais beaucoup d’autres thèmes également. Encore une fois, je ne veux pas les dévoiler parce que je m’en voudrais de gâcher votre lecture. En vous parlant de dépression, je ne livre pas grand-chose car vous vous doutez bien que la décision de Seth de mettre fin à ses jours n’a pas été prise par hasard.

L’auteur revient sur le pourquoi à travers de flash-back présentés sous forme de rêves. Des rêves douloureux lorsqu’il s’agit de mauvais souvenirs et encore plus lorsqu’ils montrent les bons. Seth est coincé, perdu. Est-il vraiment en enfer ? N’existe-t-il donc aucun moyen d’échapper à la souffrance ?

Dit comme cela, cela paraît bien sombre. Et pourtant, ce n’est pas cette impression que je garderai de ma lecture. Je me souviendrai de Et plus encore comme d’un très bon roman, un véritable page-turner qui m’a fait me poser beaucoup de questions tant sur son issue possible que sur les sujets qu’il aborde. Patrick Ness ne raconte pas seulement une histoire, il cherche à faire passer un message. Quel est-il ? Ah ça non, je ne vous le dirai pas (l’intrigue, le suspense, tout ça).

Une dernière petite chose : les septante premières pages peuvent décontenancer. Je me suis accrochée parce que j’aime beaucoup le travail de Patrick Ness et que je lui faisais confiance mais je ne l’aurais peut-être pas fait si le roman avait eu un autre auteur. Alors promettez-moi de suivre mon conseil. Je ne vous promets pas que vous aimerez mais je vous prie d’essayer de lire au moins les 120 premières pages. Vous ferez bien ça pour moi, non ? 

Ce roman entre dans la catégorie “Un roman que je n’avais pas encore lu d’un auteur que j’adore” de mon 2015 reading challenge.

Laissez un commentaire