Derrière la haine – Barbara Abel

Derrière la haine – Barbara Abel

29 juin 2015 1 Par Laura

derrièrelahaineA moins que vous ne viviez isolé dans la montagne ou au fond d’un bois, vous avez des voisins. Vous vous entendez bien avec eux ? Est-ce que vous êtes plutôt petit signe depuis le trottoir ou longues soirées les uns chez les autres ? Quoi qu’il en soit, après avoir lu Derrière la haine, vous ne les regarderai plus du même œil …

Deux maisons mitoyennes. D’un côté, il y a Laetitia et David, de l’autre Tiphaine et Sylvain. Les deux couples font partie de la même génération, se découvrent des points communes, deviennent amis. Laetitia et Tiphaine tombent enceinte à quelques semaines d’intervalle et leurs petits garçons, Milo et Maxime, grandissent ensemble comme des frères.
Tout va pour le mieux jusqu’à ce qu’un drame frappe l’une des deux familles. Dès lors, c’est l’escalade : paranoïa, accusations, ambiance tendue, … les deux couples se rappellent alors avec fracas qu’ils ont beau être très proches, rien ne les lie. Ils ne font pas partie de la même famille et lorsqu’un drame survient, aucune solidarité n’est de mise, c’est du chacun pour soi.

Tout est dans la psychologie des personnages. Dans L’innocence des bourreaux, j’avais déc

ouvert le talent de Barbara Abel pour dépeindre des personnages de papier plus vrais que nature. Peu importe leur âge, elle semble se fondre en eux et les comprendre aussi bien que si la situation la concernait.
Malgré la dispute qui ouvre le roman, la première partie est assez légère. On imagine les agréables soirées d’été entre voisins, l’apéro du vendredi soir et l’on sourit en imaginant l’embarra de David lorsque les trois autres proposent de faire un portique qui permettrait de passer d’un jardin à l’autre.

C’est un peu la grande question du roman : jusqu’où va l’amitié ? Doit-on garder une vie de famille un minimum protégée, un jardin secret ? Certes, si l’on s’entend si bien, il ne devrait pas y avoir de problème à vivre si proche mais … est-ce que ce sera toujours le cas ?

Un autre talent de Barbara Abel est de vous glacer le sang et d’augmenter votre rythme cardiaque avec des fins de chapitres dignes des plus grandes séries. Allez, j’achève mon chapitre et je pose le livre … argh ! Ah ben non, je vais continuer ma lecture dirait-on. C’est ainsi que Derrière la haine fut dévoré en une grosse journée, ainsi que sa suite Après la fin, dont je vous reparle tout bientôt.
En attendant, je me mets en quête d’un autre roman de Barbara Abel … accro, je vous dis !