De chair et de sang – Michael Cunningham

Classé dans : Romans pour adultes | 2

Je vous parle aujourd’hui de De chair et de sang, le livre que j’ai reçu dans la Kube. Je ne pense pas que je l’aurais jamais lu s’il n’était pas arrivé chez moi via ce biais parce qu’il date déjà d’il y a quelques années et, il faut dire ce qui est, depuis que je suis blogueuse, je lis essentiellement des nouveautés (parce que vous me tentez beaucoup tous et toutes avec vos blogs !). Pour autant, je suis très heureuse d’avoir enfin découvert Michael Cunningham qui est un nom que j’ai déjà croisé à de nombreuses reprises.

dechairdesang

Si la librairie Filigranes m’a envoyé ce livre, c’est parce que j’avais spécifié dans mon questionnaire que j’aimais beaucoup les histoires de famille. Les relations familiales me passionnent parce qu’elles ne sont rien de plus que la vie de tous les jours – et que j’arrive très bien à m’évader rien qu’avec la vie de tous les jours des autres.

De chair et de sang, c’est l’histoire de la famille Stassos. Le père, Constantin, est un immigré grec qui rêve de réaliser son rêve américain. La mère, Mary, est une splendide américaine. Ils se marient dans les années cinquante, à l’époque glorieuse, où tout va bien, où si l’on trouve le bon filon, on peut très vite mener une belle vie confortable. Constantin travaille dans l’immobilier et a très vite compris qu’il y avait moyen de s’en mettre plein les poches, surtout si il mettait un peu son honnêteté de côté.

En vendant des maisons low-cost et en trompant ses clients, Constantin offre une belle maison à sa femme et ses enfants. Le soir, après le travail, il aime aller se garer dans le quartier qu’il a construit. Il reste là, prend la température, observe. Il aime l’ambiance de ce quartier où tout semble rouler si bien … ce qui n’est pas le cas chez lui.

Constantin est un père nerveux. Un père violent, qui s’emporte très facilement, que peu de choses semblent contenter. Sa femme tente de faire face, ses enfants subissent. Les années passent et tous prennent des chemins différents.

 

Je n’en dirai pas plus parce que je trouvais la 4e de couverture vraiment très bavarde (encore une qui en dit trop !) et je ne voudrais pas vous faire le même coup. Je vous dirai juste que l’on retrouve de nombreux thèmes familiaux, sans trop grosses surprises – mais ce n’est pas vraiment ce que l’on recherche dans ce genre de romans. Ce n’est pas un mauvais livre, loin de là, mais je suis malheureusement totalement passée à côté de ma lecture car je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Je pense que c’est lié à l’écriture, qui n’était pas assez “proche” d’eux à mon goût, car je n’ai rien à reprocher à leurs caractères. Une petite déception mais une découverte que je suis tout de même heureuse d’avoir faite.

 

Et vous, l’avez-vous déjà lu ? Ou d’autres romans de Michael Cunningham ?

 

2 Réponses

  1. J’ai lu Les Heures de cet auteur et je te le conseille vivement, il est génial (bon, je ne peux pas trop t’en dire plus, ça fait des années que je l’ai lu mais j’en garde un très bon souvenir, il y a aussi eu un film d’ailleurs, qui est pas mal du tout)

    • J’en entends souvent parler mais est-ce qu’il ne vaut mieux pas avoir lu “Mrs Dalloway” avant vu qu’il y fait référence ?

Laissez un commentaire