« Comme des images » de Clémentine Beauvais : une histoire de réseaux sociaux

Classé dans : Romans pour ados | 1
Comme des images - C. Beauvais Sarbacane, 2014 - Prix : 14,90€ISBN : 978-2848656601
Comme des images
Clémentine Beauvais
Sarbacane, 2014 – Prix : 14,90€
ISBN : 978-2-8486-5660-1

Comme des images, le nouveau roman pour adolescents de Clémentine Beauvais, est une histoire bien ancrée dans notre époque. Une histoire de réseaux sociaux et d’image que l’on donne. Des limites que l’on franchit en se disant que ça restera privé et puis de la perte de contrôle, de l’Internet qui va trop vite.
C’est l’histoire de Léopoldine qui a cassé avec Timothée pour Aurélien. Et Timothée, sans trop réfléchir, sans doute par vengeance, envoie une vidéo de Léopoldine à tout le monde, amis, profs, parents,… en un clic tout le lycée est concerné.

Voilà un roman percutant. Un roman qui ne va pas par quatre chemins, qui ose dire, qui ose parler crûment, qui ose montrer les dérives de certains comportements des jeunes et le mal-être des adultes. Car comment réagir ? Comment parler à une ado qui semble déjà au-dessus de tout ça ?
Car Léopoldine, bien que cible principale, n’a pas l’air si touchée. Elle reste dans son petit monde, imperturbable, comme si cela glissait sur elle sans l’atteindre. Non loin d’elle, par contre, c’est le chaos. Sa sœur jumelle, Iseult, supporte moins bien l’incident et les regards insistants. Mais ça, Léopoldine ne le voit pas.

Tout se passe sur une seule journée et nous est rapporté par une amie des deux sœurs qui restera anonyme, son prénom n’étant jamais cité. Une véritable tête à claques, celle-là ; une adolescente dans toute sa splendeur, qui meurt d’envie qu’on l’aime, qui reste dans l’ombre de Léopoldine, profitant des rayons solaires de celle qui est bien plus populaire qu’elle.

Commes des images questionne le lecteur sur ses habitudes liées à Internet, au partage. Toujours plus vite, toujours plus connecté, il faut aujourd’hui partager pour exister. Mais peut-on tout partager ? Où doit-on s’arrêter ? Clémentine Beauvais renvoie les adolescents au peu d’intimité qu’il leur reste, les questionne, leur montre les dangers d’Internet. Un acte qui ne prend qu’une seconde, que l’on fait sans même réfléchir, sous le coup de la colère ou juste pour rire, ne sera jamais oublié, jamais effacé du réseau. A l’heure où tous utilisent l’application Snapchat à tort et à travers, s’envoyant des photos de plus en plus privées, convaincus qu’il n’en restera rien une fois les dix secondes passées, il est peut-être bon de leur rappeler.

Plus encore que les problèmes de communication sur les réseaux sociaux, ce roman aborde la question de la communication en général. Ce qui est le plus criant dans ces 200 pages, c’est l’absence totale de communication entre les deux générations. Profs et parents semblent totalement désœuvrés, heureux lorsque les ados semblent régler leurs problèmes tout seuls, au moins pas besoin de s’en mêler. Drôle d’époque, drôle de monde ultra-connecté et pourtant très solitaire. Comme souvent avec la collection Exprim des éditions Sarbacane, le lecteur se retrouve face à un roman qui ne laisse pas indifférent. Il est secoué, ses certitudes sont malmenées. Que vous aimiez ou non, Comme des images ne vous laissera pas indifférents. Et c’est déjà un très bon point pour un roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *