Coeur de brindille – Yves-Marie Robin

Classé dans : Romans pour ados | 0

coeurdebrindilleEté 1975. Lolita a quinze ans. Surnommée Brindille, elle vit seule avec sa mère dans la cité de Lille. Son père est parti et son frère est incarcéré aux Baumettes à Marseille. C’est si loin Marseille ! Lolita voudrait rendre visite à son frère mais comment ? Sa mère ? C’est elle qui l’a vendu aux flics alors aller le voir ne fait pas vraiment partie de ses plans…

Lorsqu’un cirque de saltimbanques débarque dans sa cité, Lolita est attirée par leur liberté. Elle se dit majeure, va les aider un peu chaque jour et, lorsqu’ils mettent les voiles vers d’autres villes, ils lui proposent de l’engager. L’occasion est trop belle ! Lolita n’hésite pas un seul instant, autant pour les beaux yeux de Diego que pour la nouvelle vie qui l’appelle.

Elle s’enfuit bien sûr sans prévenir sa mère et voilà la petite troupe bientôt poursuivie par la police. Mais ce n’est pas ça qui va l’arrêter ! Portée par un vent nouveau, Brindille vole et s’enfuit toujours plus loin, changeant à chaque fois de moyen de transport. Une seule constante dans sa fuite : Diego. Ces deux-là sont amoureux et ont décidé que rien ne les séparerait.

J’ai lu beaucoup de bien sur Coeur de brindille mais suis malheureusement complètement passée à côté de ce roman. J’ai l’impression que c’est un peu toujours la même histoire de parents démissionnaires et d’ados qui doivent s’en sortir avec les cartes que la vie leur a donnée. Je dois cependant reconnaître que la joyeuse troupe du cirque est haute en couleurs et pourrait être attachante mais pour ma part, je n’ai pas réussi à accrocher à ces personnages – et encore moins à Brindille.

L’histoire m’a semblé bien trop improbable et, surtout, trop “rapide”. Lolita fuit, court, vole et cela n’est retransmis que par des sauts de puces. Un coup ici, un coup là, vite, fuir ! La “vitesse” d’écriture peut s’expliquer par la rapidité d’action mais à force, on n’a plus l’impression que de lire de petites anecdotes. L’aventure de grand chemin n’est pas là, les différentes rencontres sont trop brèves. J’aurais certainement pu être charmée par une histoire plus étoffée mais Brindille ne sera passée dans ma vie qu’en coup de vent et ne laissera aucune trace de son passage. Je l’ai perdue, à l’instar de la police qui n’arrive jamais à la capturer. Et même si c’est là l’essence du personnage, il m’en fallait un peu plus pour vous recommander ce roman.

Un grand merci aux éditions Sarbacane et à Charlène pour l’envoi de ce roman.

 

Laissez un commentaire