« Bloc de haine » : insertion dans le milieu carcéral

Classé dans : Romans pour ados | 0
Bloc de haine - B. Lonchampt Ed. Sarbacane, 2014 Prix : 14,90€ ISBN 978-2-84865-681-6
Bloc de haine – B. Lonchampt
Ed. Sarbacane, 2014
Prix : 14,90€
ISBN 978-2-84865-681-6

 Pour son premier roman, Bruno Lonchampt a choisi d’aborder un thème peu présent dans la littérature pour adolescents : l’incarcération pénale. Son jeune héros, Alex, a vingt-cinq ans et est incarcéré pour homicide à Marseille. Ses journées sont longues, il ne sort de sa cellule que pour son footing quotidien dans la cour ou pour se rendre à la salle de musculation où il cultive son corps de jeune baraqué jour après jour. Ce quotidien carcéral n’est pas folichon mais Alex a trouvé sa routine et s’y plaît bien. Mais un jour, celle-ci se retrouve menacée par l’arrivée d’un nouveau dans sa cellule. Un nouveau qui n’est pas le bienvenu ; les gardiens avaient pourtant promis à Alex qu’il n’aurait plus à partager sa cellule depuis l’incident des Baumettes.Les gardiens, justement, demandent à Alex de faire un effort. Mais Alex n’a pas envie de faire d’effort ; il a morflé alors ce petit morflera aussi, autant qu’il apprenne qui est le chef dès le début s’il ne veut pas trop d’ennuis.

A travers des aller-retours entre présent et passé, entre la prison et l’extérieur, on découvre les actes qui ont mené Alex entre ces murs. Petit à petit, on apprend à le connaître. Car s’il est aujourd’hui une boule de muscles et de nerfs rongés par la haine, il n’en a pas toujours été ainsi. Comment devient-on amer à ce point ? Comment se retrouve-t-on habité par un sentiment dévastateur si fort ? C’est la réflexion que nous propose l’auteur dans ce roman qui prend à la gorge et transmet l’animosité d’Alex  au lecteur.

Malgré le passé omniprésent, Alex doit se créer un futur. Mais comment peut-on y penser, à ce futur, quand les jours se suivent et se ressemblent, comment se projeter dans un futur encore si loin ?

«  – C’est ça, c’est ça … C’est beau de rêver, pébron !
– Ben ouais, c’est beau. T’y as pas de projet, toi ? Tu penses jamais à après ?
Légère crispation ; après c’est tellement loin ! Son monde n’existe plus, après, Alex le sait « pertinemment », comme disaient les profs … Alors, repartir à zéro en tirant des plans sur la comète n’a pas vraiment de sens, vu la pile d’incertitudes que charrie son futur.
– « Après », c’est dans sept ans pour moi. Qu’est-ce tu veux qu’ça m’foute, aujourd’hui ? Hein ?  »   extrait p. 168

Voici un roman pour grands adolescents qui vous laissera dans le même état de fatigue qu’Alex après l’une de ses séances d’entraînement. Pour nous lecteurs, pas de fonte à soulever à bout de bras mais un bloc de haine que nous devons déplacer si l’on veut avoir une chance de découvrir ce qui se cache derrière. Alex a tout d’un jeune homme attendrissant mais refuse de le montrer et il faudra toute la bonne volonté du monde pour passer outre les barrières qu’il s’impose à lui-même et à ceux qui le côtoient. Soyez rassuré, l’effort fourni est récompensé par la découverte de ce nouvel auteur qui a visiblement des choses à dire.