Romans pour ados

« Billie H. » de Louis Atangana : retour sur l’enfance de Billie Holiday

Billie H - Louis AtanganaRouergue, 2014 - Prix : 9,70€ISBN : 978-2-8126-0636-6

C’est l’histoire d’une gamine américaine des années 1920.

Eleanora vit seule avec sa mère depuis que son père les a abandonnées à son retour de la guerre. Après tout ce qu’il avait vu en Europe, il n’était plus pareil, n’avait plus les mêmes rêves. Ce n’est pas la guerre en elle-même qui l’a changé mais la vie qu’il a découvert de l’autre côté de l’Atlantique. Car sur le vieux continent, pas de ségrégation raciale. Clarence avait beau être noir, il était libre d’aller où bon lui semblait ; là-bas, pas de « white only ». Complètement déprimé à son retour, Clarence s’est alors lancé dans le jazz car selon lui, il n’y a que la musique qui peut aider à tenir dans ce pays rongé par le racisme.

La musique, c’est également ce qui berce Eleanora. Sans jamais avoir suivi de cours, elle chante comme personne. Eleanora est bagarreuse, sèche les cours. Elle déteste les injustices dont elle fait malheureusement souvent les frais. Eleanora ne sait pas se taire, elle a une grande gueule et ne compte sur personne pour se défendre. Aussi, lorsqu’il faut trouver de quoi les nourrir, sa mère et elle, elle cherche à gagner de l’argent par tous les moyens. Après des années de galères, alors qu’elles ont quitté Baltimore pour New York, l’espoir arrive enfin. Eleanora a été repérée et chante désormais tous les soirs dans un club. Un soir, un homme blanc vient la voir et lui tend sa carte. Il est producteur et veut lui faire enregistrer un disque. Eleanora change alors de prénom pour signer son contrat et devient Billie. Billie Holiday.

Billie H, c’est une biographie qui revient aux origines de l’une des plus grandes chanteuses de jazz du vingtième siècle. Louis Atangana s’est concentré sur les drames qui ont marqué l’enfance et l’adolescence de la chanteuse et la quitte à la signature de son premier disque. La suite, beaucoup la connaissent déjà, ce n’était pas là-dessus qu’il fallait se concentrer. L’auteur présente une gamine au caractère bien trempé, qui n’a ni sa langue ni ses poings en poche.

Une bonne façon de découvrir le désenchantement des afro-américains au retour de la première guerre mondiale mais également le monde de la nuit des boîtes de jazz américaines. Et, bien sûr, d’en apprendre plus sur cette jeune femme au timbre de voix hors du commun. A lire avec un de ses disques dans les oreilles.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *