“Bernadette a disparu” de Maria Semple : une tornade jubilatoire !

Classé dans : Romans pour adultes | 0
Bernadette a disparu - Maria Semple10/18, 2014 - Prix : 8,80€ISBN : 978-2264060440
Bernadette a disparu – Maria Semple
10/18, 2014 – Prix : 8,80€
ISBN : 978-2264060440

Bernadette a disparu, c’est ce que l’on sait avant même d’avoir ouvert le roman. Mais qui est-elle ? Mère au foyer de Bee, sa fille de quinze ans, elle a suivi Elgie, son mari, à Seattle il y a des années de cela lorsqu’il est venu travailler pour Microsoft. C’est qu’Elgie est un « dieu » dans l’entreprise informatique. Et Bernadette, que faisait-elle avant ? Architecte brillante, elle a arrêté sa carrière alors qu’elle était au sommet. En arrivant dans cette nouvelle ville qui lui est totalement inconnue, elle avait pour projet de travailler sur une nouvelle réalisation personnelle : la rénovation d’un foyer pour Elgie et leurs futurs enfants. Mais Bernadette ne se fera jamais à Seattle, à ses habitants presque trop aimables, à ses mères de famille trop parfaites qui ne jugent que par les apparences. Celles-ci ne se gênent d’ailleurs pas pour juger cette femme originale, qui vit en haut de sa colline, entourée par les ronces.

Notre Bernadette n’aime pas ces « bestioles ». Elle n’aime pas vraiment les gens tout court et sa phobie sociale réapparaît lorsque Bee arrive avec l’idée d’une croisière en Antarctique. Ses parents ne peuvent pas la lui refuser ; ils lui avaient promis en échange de bonnes notes tout au long de sa scolarité. Et Bee est un petit génie, une jeune fille parfaite qui participe beaucoup à la vie scolaire et que tous apprécient. Il va donc falloir le préparer, ce voyage !

Bernadette a disparu la veille du départ et depuis, personne ne sait où elle est. Pour la retrouver, Bee a réuni les différentes pièces du puzzle : lettres, mails, rapports,… voilà tout ce qu’elle nous présente dans ce livre, son livre, qu’elle écrit pour y voir plus clair.

Bernadette a disparu est une tornade. Tout comme son personnage principal, le roman ne s’arrête jamais, ne se pose pas une seule seconde. Aucun temps mort ne vient casser son rythme, son humour décapant. Maria Semple met en lumière l’absurdité de nos conventions sociales et de nos comportements. On se pense libre et l’on découvre que, à l’instar de ses personnages, ils sont toujours dictés par quelque chose : l’image que l’on voudrait donner de soi, l’image que les autres ont de nous. Mais qui sommes-nous vraiment ? Certes, Bernadette n’est pas comme les autres. Elle se fiche du qu’en dira-t-on, agit souvent sous le coup de l’émotion. On peut comprendre que son mari soit souvent fatigué de cette façon d’être et qu’il cherche à la calmer, à la faire revenir dans le droit chemin. Mais Bernadette a compris quelque chose d’essentiel et on ne peut que la remercier de nous le rappeler par cette phrase confiée à sa fille et à une amie de celle-ci : « Plus tôt vous apprendrez que c’est à vous de rendre votre vie intéressante, mieux vous vous porterez ».

Laissez un commentaire