Beauté (BD) – Kerascoët et Hubert

Classé dans : BD et manga pour adultes | 0

Je ne sais pas trop si j’aurais été vers Beauté, de Hubert et Kerascoët, si elle ne m’avait pas été conseillée par un collègue, mais comme je suis curieuse, je n’ai pas résisté bien longtemps lorsqu’il me l’a mis entre les mains. Bien m’en a pris !

 

beauté

Mon résumé

Morue est une jeune fille qui n’a malheureusement pas été gâtée par la nature. Écailleuse de poissons, son visage est aussi repoussant que l’odeur qui lui colle au corps.

Elle obtient un voeu après avoir libéré une fée d’un enchantement. Et que souhaite la plus moche de tous ? Devenir belle, bien évidemment. Mais Morue ne souhaite pas juste la beauté, non, ce qu’elle veut c’est devenir la plus belle femme du monde. Le voeu est exaucé et Morue devient Beauté ; par la grâce d’un enchantement, tous voient désormais en elle une beauté incomparable.

De pauvre et solitaire, Morue devient riche et entourée de tous. Elle a même trouvé l’amour, elle qui était rejetée de tous ! Mais “le premier venu” lui suffira-t-elle ? Il semblerait que celle qui se cache derrière un masque d’apparences n’arrive justement pas à voir plus loin que les apparences …

Mon avis

Il a fallu quelques pages pour que j’entre dans la BD mais l’histoire de Morue m’a happée dès sa transformation. Hubert et Kerascoët ont emprunté de nombreux codes du conte de fées pour écrire le leur et livrer leur vision de la beauté.

Les hommes qui courent après Beauté ne sont pas les princes charmants de Blanche-Neige ou Cendrillon mais des hommes assoiffés de pouvoir, machos, aveuglés par la beauté d’une femme, prêts à tout pour la conquérir, pour la posséder. C’est une histoire cruelle, cynique, politiquement incorrecte, terriblement dans l’air du temps.

J’ai lu l’intégrale des trois tomes dans une version bichrome et, après l’avoir comparée à l’édition originale qui est, elle, colorisée, il me semble que le choix de la bichromie apporte de la profondeur au dessin très épuré et au trait arrondi des Kerascoët, l’éloignant du style plus “enfantin” que lui avait donné la couleur.

Je vous laisse juger par vous-mêmes en comparant la bande annonce promotionnelle (en couleurs) et les 12 premières pages de la version bichrome que vous pouvez lire sur le site BDGest

 

 

beauté1

Laissez un commentaire