172 heures sur la Lune - Johan HarstadAlbin Michel, 2013- Prix : 19,50€ISBN : 978-2-226-24738-4
172 heures sur la Lune – Johan Harstad
Albin Michel, 2013- Prix : 19,50€
ISBN : 978-2-226-24738-4

Pour fêter le cinquantième anniversaire du programme Apollo 11 et des premiers pas de l’homme sur la Lune, la NASA organise un grand retour sur le satellite en 2019. Pour susciter l’intérêt du public et des investisseurs, elle décide que trois adolescents accompagneront les cinq membres de l’équipage. Une grande loterie va ainsi être organisée pour décider qui aura la chance de partir pour 172 heures sur la Lune. Trois noms sont tirés, un garçon et deux filles. Trois adolescents bien différents de par leurs origines et leurs rêves.

Antoine, 17 ans, est français. Largué par sa petite amie, il cherche quelque chose pour occuper ses journées et ne plus ruminer sa peine. Un voyage sur la lune, c’est plutôt une belle occasion, d’autant que ça en mettrait plein la vue à beaucoup de gens, elle la première.

Mia, 16 ans, est norvégienne. Fan de rock, elle ne vit que pour la musique et son groupe dans lequel elle est chanteuse. Inscrite par ses parents à la loterie lunaire, elle n’y voit aucun intérêt dans un premier temps, avant de se rendre compte qu’une telle médiatisation pourrait lui permettre d’enregistrer un album à son retour et de devenir enfin célèbre.

Midori, 16 ans, est japonaise. Elle qui rêve de partir pour New York, elle voit dans cet événement hors du commun la possibilité d’obtenir son ticket de départ pour les Etats-Unis. Aucun doute, une nouvelle vie l’attend !

Alors même qu’ils préparent leur départ, les trois adolescents commencent à recevoir d’étranges avertissements ; la Lune n’est pas une terre d’accueil et il n’est pas sain de troubler sa quiétude. Une fois arrivés sur la lune, force est de constater qu’ils auraient peut-être dû rester sur Terre. Coupure d’électricité, sas qui se verrouille tout seul, … tout porte à croire qu’ils ne sont pas seuls sur la lune et que quelqu’un (ou quelque chose ?) en veut à leur vie.

Le postulat de départ avait de quoi intriguer le lecteur mais c’est malheureusement un roman bien inégal que nous sert Johan Harstad. La première moitié du livre, dans laquelle on découvre Antoine, Mia et Midori, est extrêmement lente et pullule de clichés sur l’adolescence (cœur brisé, disputes continues avec les parents, les profs). Lorsqu’enfin, on entre dans la partie intéressante avec l’arrivée des jeunes à Houston, on se retrouve face à une ellipse temporelle qui nous propulse directement au décollage. Il aurait pourtant été très intéressant de découvrir la préparation de ces futurs astronautes d’une semaine ! Pas plus de détails concernant le voyage de la terre à la Lune qui se passe tout aussi calmement qu’un voyage en car.

Une fois sur l’astre, par contre, tout se précipite. Les multiples explications et détails sont livrés en bloc avec une facilité déconcertante. Et les adolescents qui n’étaient encore que des incapables autocentrés quelques heures auparavant deviennent tout à coup indispensables et plus raisonnés que les adultes. Aucune émotion, aucune poésie, à croire qu’être sur la Lune ne représente rien. Quelle déception !
Seule la fin relève un peu le niveau grâce à un bon twist narratif. Mais le lecteur subira-t-il les 400 premières pages pour en arriver là ou se mettra-t-il en quête d’un meilleur space opera ?