Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers – Benjamin Alire Saenz

Classé dans : Romans pour ados | 3

Aristote et Dante découvrent les secrets de l'universJe l’ai vu passer un peu partout avant même sa sortie française. Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers, c’était l’événement littéraire du printemps chez les ados ! Je ne me suis pas jetée dessus tout de suite, même si je pensais bien qu’il me plairait ; je voulais attendre que l’effet de mode se calme un peu.

Lorsqu’il s’est avéré qu’il était au programme de mon club de lecture ados, je n’ai plus pu reculer. A l’eau !

 

A l’eau, c’est là que Aristote “Ari” et Dante vont se rencontrer. A la piscine, plus précisément, où Ari est venu tuer le temps malgré le fait qu’il ne sache pas nager. Dante va alors lui proposer de lui apprendre, lui qui est comme un poisson dans l’eau, et se révèle être un excellent professeur.
Ari est un garçon plutôt solitaire, il n’a jamais eu d’amis mais ça ne le dérange pas plus que cela. Il est plutôt taiseux, n’a pas vraiment de passion mais ne s’en sent pas mal pour autant. Il n’a juste pas (encore) trouvé sa place. Et il est en colère, même s’il n’arrive pas vraiment à dénouer tous les fils de ce qu’il ressent. Son frère aîné est en prison. Il ne sait pas pourquoi, il ne sait rien d’ailleurs ; ses parents refusent de parler de lui, ils ne mentionnent même jamais son prénom.

Dante est plus bavard mais n’est pas vraiment plus “populaire”. Les deux garçons ont donc quelques points communs, en plus de leurs origines mexicaines, et se complètent plutôt bien. Ils ont aussi tous les deux des parents vraiment cool, qui ne font peut-être pas toujours les bons choix mais qui font ce qu’ils pensent être le mieux pour leur garçon. Des parents qui deviennent également amis – entre gens cool, hein.

 

Comme dans Eleanor & Park de Rainbow Rowell, on retrouve le charme d’une amitié des années 1980. Pas de gsm, pas d’internet, quand on veut parler à son ami, on se tape d’abord ses parents au téléphone (aaaah souvenirs !) ou mieux, on va directement chez lui.
Ari et Dante passent tout l’été ensemble, se promènent, discutent et se questionnent. C’est toujours Dante qui amène un sujet sur le tapis et qui parle le plus mais ses questions soulèvent parfois un petit quelque chose chez Ari, bien qu’il n’exprime pas facilement ses émotions. Une petite graine qui pousse et qui éclora peut-être un jour …

Je ne m’attendais à rien en particulier, je ne pouvais être que surprise. Et je l’ai été très agréablement. C’est le mot que je souhaite garder pour cette lecture : agréable. J’ai aimé m’y replonger à chaque fois, côtoyer Ari, Dante et leurs parents. Ce n’est pas mon plus grand coup de coeur de l’année mais Benjamin Alire Saenz dépeint un univers où j’aurais bien été m’asseoir, dans le pick-up rouge de Ari au milieu du désert ou tout simplement sur leur porche, à discuter avec leurs parents (oui, je vieillis, j’irais bien discuter avec les adultes maintenant).

 

Si vous lisez en anglais, je vous conseille vraiment de lire ce roman en VO. Le vocabulaire est très accessible et je reste persuadée qu’un livre est toujours plus savoureux dans sa langue d’origine.

 

 

3 Réponses

  1. Je vais bien finir aussi par devoir le lire celui-là ! Il est dans ma PAL depuis un moment et je le vois passer partout ! Il a l’air vraiment mais j’ai peur d’être déçue, ce qui m’arrive souvent avec la litt ado :/

    • C’est difficile de te répondre, ne sachant pas vraiment ce qui te déçoit “en général”. Je te dirai juste de le lire sans aucun a priori et de te laisser porter par l’histoire :)

  2. Je suis en train de le lire, je me demandais si ça allait devenir moins mou après mais visiblement ça n’est pas le cas :) je verrai bien, je trouve ma lecture plutôt agréable pour le moment :)

Laissez un commentaire