“Annie Sullivan & Helen Keller” : une rencontre qui a sauvé une vie

Classé dans : BD et manga pour adultes | 0
Annie Sullivan et Helen Keller  Joseph LambertEd. Ça et Là, 2013  - Prix : 22€ISBN : 978-2-916207-91-9
Annie Sullivan et Helen Keller
Joseph Lambert
Ed. Ça et Là, 2013 – Prix : 22€
ISBN : 978-2-916207-91-9

Née en 1880 dans l’Alabama, la petite Helen Keller devient aveugle et sourde à l’âge de dix-neuf mois, suite à une maladie, probablement une méningite. Elle n’apprendra dès lors pas à parler et se retrouve dans l’incapacité de communiquer avec son entourage, ce qui la frustre et mène souvent à de terribles colères.

Désespérés, ses parents font appel en 1886 à Annie Sullivan, jeune éducatrice qui leur a été renseignée par Alexander Graham Bell. Les premières leçons sont difficiles ; Annie insiste pour qu’une discipline ferme soit instaurée mais les parents d’Helen continue à lui passer tous ses caprices. Elle demande alors l’autorisation de s’installer dans une grange de la famille, petite dépendance de la maison où elle pourra mener ses leçons sans être dérangée. Elle s’évertue à apprendre la langue des signes à Helen, lui faisant sans cesse signer les mots, encore et encore, pour obtenir ce qu’elle désire. Helen reste butée, ne comprend pas ce qu’on lui demande, s’énerve.

Jusqu’au jour où, enfin, le déclic se fait. Alors qu’Annie lui trempait la main dans l’eau pour lui en signer ensuite l’appellation dans la main et répétait l’opération encore et encore, Helen comprend soudainement ce qu’on essaie de lui apprendre. Elle entraîne sa tutrice dans le jardin et lui demande de lui signer tout ce qui les entoure, un mot après l’autre, encore et encore. Pour la première fois, elle découvre le monde qui l’entoure et elle en est fascinée.

Annie apprendra ensuite à Helen à écrire puis à lire le braille. Helen, sentant les vibrations d’Annie lorsqu’elle est contre elle et qu’Annie parle, désire apprendre à parler avec sa bouche. En se concentrant sur les vibrations de la gorge puis du nez, elle arrivera finalement à les reproduire et à prononcer quelques phrases. Grâce aux enseignements d’Annie, Helen pourra poursuivre des études universitaires et deviendra même écrivain. Elle créera une fondation pour aider les personnes handicapées et l’organisation Helen Keller International afin de soutenir la prévention de la cécité et de la malnutrition dans le monde.

La bande dessinée de Joseph Lambert retrace la rencontre entre Annie et Helen. La mise en dessin de la cécité d’Helen parvient très clairement à faire comprendre l’évolution de la perception du monde par la petite fille. Il revient également sur l’enfance de Annie Sullivan, orpheline placée dans un hospice à l’âge de huit ans parce qu’elle était presque aveugle d’un œil, qui a bien évidemment une grande influence sur sa personnalité. N’ayant plus de famille et étant très réservée, parfois jusqu’à paraître froide et distante, Annie Sullivan aura une relation très forte voir fusionnelle avec son élève.

Annie Sullivan et Helen Keller raconte le sauvetage d’une petite fille handicapée mais également une très belle histoire d’amitié.

helenkeller3

Laissez un commentaire