44 Scotland street – Alexander McCall Smith

Classé dans : Romans pour adultes | 1
44 Scotland street - Alexander McCall Smith10/18,2008ISBN : 978-2264047595
44 Scotland street – Alexander McCall Smith
10/18,2008
ISBN : 978-2264047595

La semaine prochaine sortira en librairie De l’importance d’avoir sept ans, le sixième tome des Chroniques d’Edimbourg de Alexander McCall Smith. A cette occasion, j’ai découvert le premier tome de cette série, 44 Scotland Street.

44 Scotland Street, c’est là que tout se passe. De la même façon que dans les Chroniques de San Francisco d’Armistead Maupin, les intrigues concernent les personnages qui habitent tous un seul et même immeuble. Le lecteur pousse la porte pour la première fois en compagnie de Pat, jeune femme de 20 ans tout pile, qui vit sa 2e année sabbatique. Elle quitte le nid parental pour s’installer dans un appartement qu’elle partagera en collocation avec trois autres personnes. Pat est jeune, la tête bourrée de rêve, recherche le grand amour. Elle vient décrocher un travail dans une galerie d’art. Elle n’est pas une grande experte en art mais le propriétaire non plus alors…

Dans ce premier tome, on ne rencontrera qu’un seul de ses colocataires, les deux autres étant absents pour le moment. Pour l’instant, il n’y a donc que Pat et Bruce. Bruce a la vingtaine, travaille dans une agence immobilière et c’est un tombeur. Ce qui est d’autant plus énervant, c’est qu’il en a tout à fait conscience !

L’immeuble compte d’autres appartements. Il y a un couple seul avec un enfant, Bernie, un petit prodige qui, à cinq ans, joue déjà du saxophone – et pas trop mal ! Il y a aussi Domenica, une ancienne anthropologue pensionnée qui, il n’y a pas à dire, a beaucoup de choses à raconter. Et d’autres encore …

On sort de l’immeuble, à la galerie en compagnie de Pat, au café avec son patron, au bureau avec Bruce. On croise de nombreux personnages et tout s’entremêle. Le rythme soutenu résulte du fait que les Chroniques étaient publiées quotidiennement dans un journal. Les chapitres sont donc très courts (4 ou 5 pages) et s’enfilent très facilement. Les personnages sont nombreux mais tous très différents ; chacun appartient à une classe sociale bien définie, à un univers le plus souvent lié à son occupation professionnelle. Les nombreuses intrigues ne sont donc pas difficiles à suivre.

C’est un page-turner ;a chaque fin de chapitre, un rebondissement vous donne envie de continuer. Il manque cependant un petit quelque chose pour s’attacher à ces chroniques et ses personnages. On pense bien souvent aux Chroniques de San Francisco (et l’auteur ne se cache pas de la source originelle de son idée) et il aurait fallu un petit quelque chose d’original pour s’en distinguer un peu plus, outre le déplacement géographique.

Les éditions 10/18 m’ayant très gentiment envoyés les trois premiers tomes, je pense que je lirai la suite. Mais je me laisse d’abord tenter par d’autres membre de ma PAL (eh oui, la Foire du Livre m’a donné matière !).

Et vous, connaissez-vous cette série ? Qu’en pensez-vous ?

Cette lecture entre dans le cadre de mon 2015 reading challenge dans la catégorie “a book with a number in the title”

Une Réponse

  1. J’ai ce titre dans ma pal, j’ignorais qu’il y avait plusieurs tomes

Laissez un commentaire