2017, année de transition zéro déchet : le bilan

Classé dans : Zéro déchet | 0

Bonjour ! Je reviens aujourd’hui avec un article de ma catégorie “zéro déchet”. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez lire nos premiers pas avec la prise de conscience, les sites web utiles et motivants, quelques recettes de produits ménagers et le premier petit bilan que l’on dressait après huit mois de transition. Maintenant que l’année 2017 est terminée, il est plus que l’heure de regarder dans le rétro et de voir ce que nous avons produit comme déchet pendant une année complète de transition. Nous avons démarré notre aventure à l’automne 2016 mais en 2017, le zéro déchet est en top résolution pour notre petite famille. Et je suis fière de dire que, pour la première fois de ma vie, j’ai tenu une résolution ! Avant d’entrer dans les blablas, un petit avant-après plutôt convaincant avec la comparaison de nos déchets “tout-venant” – donc ce qui reste après le tri PMC, cartons, verre et hors couches de l’Arsouille vu qu’elle partent dans la poubelle biodégradable – en 2016 et 2017. déchets2016 dechets2017

(nous avons la chance d’avoir des containers à puce et un décompte accessible en ligne, pas même besoin de peser nos poubelles)

Comme vous pouvez le voir, c’est la fête puisque nous avons réussi à diminuer nos déchets de plus de moitié ! D’une poubelle tous les mois, nous sommes passés à une tous les deux mois. Nous avons encore pas mal de chemin  à faire mais on peut tout de même prendre deux-trois minutes pour nous congratuler. Bravo à nous ! Maintenant, les choses sérieuses commencent. Le régime d’une poubelle, c’est exactement comme le régime post-fêtes. Les premiers kilos s’envolent tout seul mais pour que la perte continue, il faut changer toute sa manière de vivre !

Nos 68 kilos annuels sont majoritairement composé de plastiques d’emballages : les paquets de croquettes des chats, les emballages des tétines et quelques jouets neufs de l’Arsouille, les enveloppes matelassées des livres que je reçois via ce blog, les papiers bulles des commandes internet, de temps en temps un contenant en plastique qui rend l’âme, … Le plastique est devenu notre ennemi !

68 kilos annuels pour trois personnes, c’est nettement en-dessous de la moyenne. En vérité, ça me fait vraiment mal au cul de le dire mais on était déjà en dessous avec nos 141 kilos. Notre société de consommation produit beaucoup, achète beaucoup et, malheureusement, jette beaucoup. Mais je suppose que si vous êtes en train de lire cet article, c’est que vous êtes ne fut-ce qu’un tout tout petit peu intéressé et que, peut-être, vous vous demandez ce que vous pourriez faire à votre niveau. Voici quelques pistes qui nous ont vraiment bien aidé dans la réduction de TOUS nos déchets (oui parce que même si c’est moins facilement quantifiable, nous avons également réduits les cartons et PMC)

  • faire notre lessive maison et utiliser du vinaigre comme adoucissant
  • passer aux cosmétiques solides ou aux recettes maison
  • boire l’eau du robinet et diminuer les sodas
  • acheter nos oeufs, fruits et légumes dans une la ferme
  • acheter nos fromages, yaourts et cie dans une ferme laitière
  • acheter nos charcuteries et viandes chez le boucher
  • faire toutes nos autres courses alimentaires dans une épicerie en vrac. Il n’y en a pas tout près de chez nous donc on fait la route tous les 2 mois et on achète en gros.
  • faire des courses très rapides dans les supermarchés : lait bébé, PQ et quelques rares extras. On dresse la liste avant d’y aller et on ne traîne plus dans les rayons.
  • récupérer tous les contenants possibles auprès des mamans, tatas, grand-mères. Petit à petit, on achète de l’inox mais en attendant, on use le plastique qui traînait dans les armoires. Pas besoin de se ruiner pour démarrer dans le ZD !
  • fréquenter les bourses aux vêtements pour l’Arsouille et les bourses aux jouets. Il m’arrive encore de lui acheter un jouet neuf (notamment son bébé, je ne voulais pas de 2e main) mais c’est de plus en plus rare.
  • préférer les cadeaux durables, dématérialisés ou expériences.
  • se demander trois fois si on a vraiment vraiment besoin de ce nouveau vêtement/objet/livre/etc
  • rencontrer d’autres personnes qui ont la même démarche que nous et échanger nos bons plans

Et sûrement tout un tas d’autres choses que j’oublie. J’aimerais vraiment insister sur le fait que non, ça ne coûte pas plus cher d’être zéro déchet et non, ça n’est pas un truc de bobo. Oui, vous allez sans doute payer votre viande plus chère, ainsi que le reste de vos courses alimentaires (encore que c’est pas sûr !) mais vous ferez de belles économies sur les produits ménagers et cosmétiques ainsi que sur toutes les autres choses que vous n’achèterez plus. Parce que la démarche ZD va de paire avec une envie de moins consommer, évidement.

Et en 2018, qu’est-ce qu’on fait ?

Premièrement, nous sommes officiellement devenus “famille zéro déchet” grâce au programme de la région Wallonne et des dix communes zéro déchet. J’ai été très heureuse lorsque notre commune a été choisie pour rejoindre ce programme. Grâce à celui-ci, la commune a des aides pour réduire ses déchets et aider ses habitants à réduire les leurs. Nous avons déjà rencontré d’autres famille et ça ne s’arrêtera pas là ! Des ateliers et tables rondes sont prévus et c’est une vraie source d’énergie (perso, c’est ma drogue !).0dechetweb-1024x683

Dans ce cadre, nous devions nous fixer un nouvel objectif à atteindre. Pas d’obligation, pas de pression, c’est pour le sport. Pour ne pas nous mettre une trop grosse pression – et parce que, comme je l’ai dit, les derniers kilos sont les plus difficiles – nous souhaiterions réduire nos déchets de 25 kilos et arriver à 45 kilos annuels (oui, bon, j’avais compté qu’on serait à 70 et pas 68 ^^ ). Pour y arriver, il va falloir mettre de nouvelles choses en place :

- diminuer le nombre de commandes par internet et favoriser tous les petits commerçants.

- réduire mon nombre de service presse reçu ou, au moins, discuter avec les éditeurs à qui je tiens. Les enveloppes matelassées, ce n’est plus possible, les gars !

- emprunter des kits langes lavables à d’autres familles pour enfin essayer avec l’Arsouille.

- conscientiser nos familles. Oui car pour qu’il n’y ait plus de déchets qui rentrent chez nous, il faut que toutes les sources se tarissent ! Certains font déjà de beaux efforts que nous apprécions beaucoup :)

- trouver des croquettes pour chats en vrac (je déconne un peu parce que j’ai aucune idée d’où je pourrais en trouver, hélas)

- ne pas se culpabiliser … les craquages plastiques, c’est comme les craquages chocolat, ça arrive ! :D

Voilà pour notre petit bilan 2017 et nos intentions 2018. Si vous avez des questions/remarques, je vous en prie ! Je serais ravie d’échanger sur le sujet :)

Laissez un commentaire